Finance islamique: le HCI s’implique

Le Haut Conseil islamique (HCI) a estimé mercredi que les opérationsbancaires islamiques étaient « exemptes d’intérêts usuraires » et que ce système bancaire était « conforme aux préceptes de l’Islam ».

« Concernant la banque islamique et après examen approfondi et détaillé de ces différents aspects légaux et économiques ainsi que la situation des banques actuelles, le HCI a salué les mesures prises par l’Etat et contenues dans le Programme du Gouvernement », a indiqué un communiqué sanctionnant les travaux de la session du Conseil.

« Eu égard à la demande croissante de citoyens et opérateurs et économiques de fournir des produits bancaires et financiers conformes aux préceptes de l’Islam, le HCI considère que la banque islamique est la solution idoine pour répondre à ces aspirations. Elle contribue aux renforcement du système financier algérien et participe, à l’instar des autres établissements financiers, au développent national », a précisé le communiqué.

LIRE AUSSI Santé: levée du gel sur des projets en souffrance

« Etant donné que la participation basée sur le gain et la perte se réfère à la règle « al-kharaj bil damane » ou « El ghunm bil al ghurm », le HCI considère les opérations bancaires islamiques exemptes d’intérêts usuraires et que le système bancaire islamique est conforme aux préceptes de l’Islam », ajoute-t-on de même source.

Les participants à cette session présidée par M. Bouabdellah Ghlamallah, président du HCI, ont évoqué également les « transactions financières effectuées au niveau de la Bourse », mettant en exergue l' »importance d’accélérer la mise en place d’une plate-forme favorable à l’émission de chèques islamiques qui constituent le substitut légal aux titres traditionnels ».

Le HCI a proposé la « création d’une haute instance légale relevant du HCI pour collaborer avec la Banque centrale concernant les transactions financières », ajoute le communiqué.

Le HCI a encouragé les établissements financiers à se conformer aux critères des instances légales des banques islamiques, exprimant sa disposition à accompagner les banques afin qu’elles contribuent aux développement global et à la promotion de l’investissement ».

LIRE AUSSI Finance islamique: CNEP, BADR et BDL fin prêtes