Fertial: comment Haddad veut dilapider le trésor public

haddad fertial

La polémique autour de l’affaire Fertial et le soutien inconsidéré du Gouvernement Ouyahia à l’homme d’affaires, Ali Haddad, contre l’avis de la Sonatrach et des travailleurs de Fertial, dissimule des enjeux financiers considérables. La question que personne n’a osé poser est : Pourquoi l’ETRHB veut acheter les parts de GVM (Grupo  Villar Mir) et pourquoi GVM veut vendre ses parts à ETRHB ? Explications.

L’introduction de GVM dans le capital de Fertial s’est effectuée à une époque où la plus-value sur cession d’actions était non taxable. Cette mesure réglementaire et fiscale, qui n’est plus en vigueur aujourd’hui, avait été promulguée pour attirer des investisseurs étrangers en Algérie. Aujourd’hui, GVM bénéficie toujours de cette mesure car les nouvelles dispositions fiscales ne sont pas rétroactives et ainsi toute cession d’actions par GVM qui se traduit par une plus-value n’est pas taxable.

Dès lors, l’achat par ETRHB des 17% de GVM  dans Fertial, l’année dernière, s’est traduite par une plus-value considérable pour GVM car si le prix payé par ETRHB en 2017 avait été justement jugé fort élevé, le prix payé par GVM à Asmidal en 2006, avait été justement aussi jugé très bas. La seule victime de cette transaction est le Trésor public alors que pour s’accorder à acheter et vendre à un prix élevé, il faut être deux.

Du point de vue du marché de l’ammoniac, il faut savoir que la remontée des prix du baril est synonyme d’une baisse des prix de l’ammoniac : cette remontée, et donc cette baisse des prix de l’ammoniac, va s’installer dans le temps. De plus, l’augmentation de la capacité de production d’ammoniac en Algérie et dans la région est significative : d’abord par la concrétisation du projet des phosphates intégré mais aussi par de nouvelles capacités de production en Egypte et en Mer Noire. L’augmentation de l’offre étant supérieure à l’augmentation de la demande, les prix de l’ammoniac vont donc baisser. Il y a donc un fort Momentum pour GVM à vendre ses parts maintenant.

sidi said


LIRE AUSSI RENAULT TRUCKS: un nouveau directeur général


En ce concerne l’ETRHB, on apprend que le rachat des parts de GVM aurait été suivi d’une vente de ces mêmes parts à « un investisseur renommé de ce secteur et de taille mondiale » !!! en bref ETRHB achetait pour revendre. La question qui se pose : pourquoi GVM (actionnaire majoritaire de OHL) ne vend pas directement à l’investisseur de taille mondiale ? Le bénéfice de la non taxation de la plus-value est un premier élément de réponse.

L’autre élément de réponse est le juste prix des actions de GVM et de Fertial en général :  Asmidal et Sonatrach n’auraient jamais payé le prix offert par l’ETRHB à GVM car ils ont une parfaite connaissance du marché mais surtout des obligations contractuelles et d’investissements auxquelles GVM et ETRHB ont souscrites pour rester dans le capital de Fertial. A savoir la rénovation des installations de Annaba, tant de fois annoncée par l’ETRHB et GVM mais jamais effectuée, car le montant est supérieur à l’investissement : 300 millions de dollars contre 200 millions de dollars pour les parts de GVM, et l’officialisation légale de l’indexation du prix du gaz payé par Fertial à Sonatrach (formule classique d’indexation au prix international de l’Ammoniac).

Selon que l’on investit pour rénover ou que l’on s’endette pour acheter des actions, les Banques ne demandent pas les mêmes garanties au souscripteur. Comme tous les milieux d’affaires et bancaires le savent, l’ETRHB n’a pas d’actifs de ce montant : il sous-traite TOUT ses projets de travaux publics et il n’y a pas de nouveaux projets d’infrastructures publics sur lesquels l’ETRHB pourra bénéficier de l’avance forfaitaire pour ses investissements en lieu de les investir dans les dits projets d’infrastructures publics. Il n’y a qu’à se rappeler l’épisode des mises en demeure de l’été 2017. Il faut donc que l’Investisseur de taille mondiale se soit déjà engagé pour payer un prix conséquent. Or, on observe que Annaba est devenue un pôle industriel de taille mondiale en l’espace de quelques semaines suite au cadeau du Premier ministre Ahmed Ouyahia, supporter de la transaction GVM/ETRHB et comme le nomme les espagnols dans leur courrier aux administrateurs de Fertial, à la société inconnue de EmaratDzayerSteel d’un crédit de 1,2 milliards de dollars pour une nouvelle aciérie à Annaba. Or surprise, Emarat avait signé un accord avec Asmidal et Naftal pour ce même projet sous l’ère du précédent gouvernement et sous l’égide de l’ancien Ministre de l’Industrie.

Sonatrach a donc eu raison de vouloir préempter et la décision de la Présidence de la République est salutaire et opportune : Sonatrach n’acceptera jamais de payer ce que ETRHB était prêt à payer et ainsi les actionnaires de Fertial vont devoir s’atteler à maintenir la production et améliorer leur rentabilité s’ils veulent augmenter leurs revenus. C’est le régulateur qui est intervenu qui n’est autre que la Présidence de la République afin de mettre un terme à ce scandale.

LIRE AUSSI Sucre : Les marges indécentes de Cevital

1 Rétrolien / Ping

  1. Catering: un nouveau contrat pour Cieptal - e-Bourse d'Algérie

Les commentaires sont fermés.