FCE: un grave cas de récidive

En dépit du rappel à l’ordre du président de la République, le couple Haddad-Ouyahia continue sa politique de privatisation des entités publiques.

A l’occasion de la rencontre FCESonelgazSonatrach, Haddad et son groupe signeront une recommandation appelant à investir dans les énergies renouvelables, en  invitant les « privés » à s’impliquer dans cette opération.

En fait, Haddad vise le programme des 4.000 MW d’électricité à partir du photovoltaïque que compte lancer Sonelgaz.

Cette fois-ci, il n’est pas question de privatiser les entreprises publiques, mais plutôt la création de sociétés mixtes, où les privés vont s’associer avec les entités étatiques et des prédateurs étrangers pour s’accaparer de ce gigantesque projet. Les directives du président Bouteflika seront ainsi contournées de manière intelligente.

En impliquant Sonatrach et sa garantie envers les banques, les gens du FCE ont déjà la garantie de Sonelgaz pour l’achat de l’électricité sur une période de 20 ans.

En fait, Haddad a bien planifié ce « show », en convoquant, il y a quelques semaines, une réunion avec Guitouni (énergie), Zerouati (environnement) et le P-dg de Sonatrach.

Lors de cette rencontre, Haddad a donné les directives et fixé le rôle de chacun lors de la réunion FCE-Sonelgaz-Sonatrach.

LIRE AUSSI  Projet des 4000 MW en photovoltaïque: un gâchis qui va peser très lourd sur le trésor public