Exclusif: 127 milliards de dinars gaspillés dans les parcs industriels

La réalisation des parcs industriels a déjà coûté au trésor public quelque 125,35 milliards de dinars, soit plus d’un milliard d’euros. Aujourd’hui, 34 projets sur les 49 prévus, ont été attribués à des sociétés de réalisation alors que trois projets sont en cours de traitement. Il s’agit des parcs industriels d’El Bayadh, de M’daourouche (Souk Ahras) et de Tamazoura (Ain Temouchent).

Ces projets sont gérés par l’Agence Nationale d’Intermédiation et de Régulation Foncière (Aniref), qui relève du ministère de l’industrie et des mines.

 

Comme le montre le tableau ci-dessous, l’opération a débuté en 2014 pour le lancement de 49 parcs industriels répartis sur tout le territoire national.

 

Parc Entrepreneur Montant (millions DA) Date
Draa El Hadja (M’sila) EOAT PRHB 1 588 Attribution et Annulation en mai 2017
Draa El Hadja (M’sila) GOLDEN SQUARE 1 588 Mai 2017
In Amenas Infructueux Mars 2017
Ouled Gacem (OEB) COSIDER ENGINEERING 243 Mai 2017
Mechta Fatima (BBA) MAGHREB PIPE / STET ROUTES 6 690 Mai 2017
EI Bordjia (Mostaganem) DERKAOUI et associes 4.468 Mai 2017
Ain Yagout (Batna) KADRI EGTR 2 517 Mai 2017
Sidi Roman (Constantine) ETTR BENBRAHIM 3 694 Mai 2017
Hassi Ben Abdellah (Ouargla) KEGT/ EVSM 8 119 Avril 2017
Oued El Berdi (Bouira) BOUSBIA SALAH 3.853 Avril 2017
Guemmar (El Oued) HYDROBAK 4 147 Avril 2017
Oued Sly (Chlef) HYDRO-TRAITEMENT/ EGTPH BOUMIA 2 576 Avril 2017
Bechar SARL ES SAMAHA 4. 052 Février 2017
Ain Reggada (Guelma) SCITP NARDJESS 3.304 Janvier 2017
Ain Abid (Constantine) KOU GC/EPTP CONSTANATINE 10.153 Décembre 2016
Metroha (Taref) SEGHIR  Abdelmajid 1.740 Janvier 2017
Horchaia (Naama) ROYAL ROAD 3.312 Janvier 2017
Ain Berda (Annaba) EGTPH ABOUDI 2.545 Janvier 2017
Bellara (Jijel) MECHRI/ETUB BOUYAHIAOUI 5.786 Janvier 2017
Timi (Adrar) ROAD WORKS AND BUILDING 4.038 Décembre 2016
Oumeche (Biskra) ETUHP MENANI 4.101 Décembre 2016
Chelghoum Laid (Mila) ETBRA MESSAOUDI/ABIAR ALI 5.517 Décembre 2016
Zaaroura (Tiaret) ETP FEGHOULI AHMED 5.416 Novembre 2016
Ain Bouchekif (Tiaret) SARL SIFM 6.723 Novembre 2016
Ras El Oued (BBA) SARL NOSTRAP 2.847 Novembre 2016
Ras El Ma (SBA) EGTPH MOUILLAH 1.870 Novembre 2016
Sidi Khetab (Relizane) SPA CHIALI SERVICES 9.998 Décembre 2016
El Kolea (Saida) INERGA 2.179 Novembre 2016
Ouled Ben Damou (Tlemcen) ETP DENNOUN 2.231 Novembre 2016
Larbaatach (Boumerdes) ETHB HADDAD/ECE/EROE 2.503 Octobre 2016
Sidi Bel Abbes EPE/SPA ENR-GTH ANNABA 1.024 Octobre 2016
El Kseur (Bejaia) SARL EG REKIMA 3.872 Octobre 2016
Oued Nechou (Ghardaia) SPA AMENHYD 2565 Août 2016
Ain Oussara (Djelfa) ARAB CONTRACTORS/KOU G C/TEC 4 4571 Avril 2014
Ksar El Boukhari (Médéa) ARAB CONTRACTORS/KOU G C/TEC 4 3274 Avril 2014

 

Si l’ETRHB de Haddad a été destinataire d’un seul projet (Larbaatach, W. Boumerdes) pour 2.5 milliards de dinars,son rival Kou GC a été retenu pour la réalisation de trois parcs industriels. Ksar El Boukhari (3.2 milliards DA), Ain Oussara (4.5 milliards DA) et Constantine (10.1 milliards DA). Au total, Kou GC a obtenu, à travers les groupement avec lesquels il a postulé, un montant de 17.8 milliards de dinars.

Il faut noter que les entreprises publiques sont très rares sur les chantiers de l’Aniref. Idem pour les entreprises étrangères qui avaient postulé en force pour la phase de la pré qualification.

 

La mystérieuse greffe française

 

Pour ce projet de parcs industriels, l’Aniref a attribué des contrats de maitrise d’œuvre avec une moyenne de 100 millions de dinars par projet, à plusieurs bureaux d’études. Mais la part du lion a été offerte à l’organisme public, Anurb.

 

En février 2015, l’Aniref lance un avis d’appel à présélection national et international en vue de l’établissement de la short list d’entreprises, bureaux d’études et cabinets d’expertise pour l’assistance à maîtrise d’ouvrage dans le cadre du projet des parcs industriels.

Un mois et demi plus tard, l’Aniref retient quatre candidats: le portugais CENOR S.A, les deux espagnols CPS INGENIEROS et PROJECTS FACILITES MANAGEMENT S.L, ainsi que le groupement français EGIS / ALGOE. Finalement aucun candidats ne sera signataire du marché de l’assistance à la maitrise d’oeuvre.

C’est la filiale algérienne (AL2 MANAGEMENT) du français Algoé qui décroche le marché pour le montant de 2.691 milliards de dinars (22 millions d’euros).

Le contrat, signé le 8 juin 2016, s’étale sur 40 mois et risque de déborder sur des avenants, puisqu’il est impossible d’achever tous les projets pendant les délais contractuels.

 

Des factures qui changent de chiffres

En mai 2014, l’Aniref attribue le contrat ETUDES D’AMENAGEMENT ET TRAVAUX DE VIABILISATION DU PARC INDUSTRIEL DE SIDI KHETTAB, WILAYA DE RELIZANE au profit du groupement GÙL-IS INSAAT Ltd / SPA AMENHYD/ PIRAMIT Ltd pour un montant de 5.184 millions de dinars.

En octobre de la même années, l’Aniref annonce l’annulation de l’attribution provisoire du marché et relance la course pour ce contrat.

En décembre 2016, le projet du parc de Relizane est attribué à la SPA CHIALI SERVICES pour  9.998 millions de dinars. S’agit-il du même plan de charge ou y a-t-il eu des extensions. Sinon comment expliquer la multiplication par 2 du montant du projet?.

En mai 2014, le Groupement ORTIZ S.A/ TT&U S.L/ EURL ETUHP décroche le contrat des études d’aménagement et travaux de viabilisation du parc industriel d’El Bordjia, wilaya de Mostaganem, pour le montant de 3.122 millions de dinars. Au mois de novembre de la même année, l’attribution provisoire est annulée.

Au mois de mai 2017, le projet est attribué à Derkaoui et associés pour le montant de 4.468 millions de dinars.

Même scénario pour le parc industriel de Ain Yagout (Batna). le Groupement
LIC S.L/ PEYCO S.A/ CHM S.A/ SARL ETP BENZAMIA a été attributaire du marché en 2014 pour le montant de 2.386 millions de dinars.

Au mois d’octobre l’Aniref annule cette décision et attribue le marché en mai 2017 à Kadri EGTR pour un montant de 2.517 millions de dinars.

Remise en cause

Avec l’opération menée par le gouvernement de Tebboune pour l’épuration de la situation des zones industrielles, on s’est rendu compte que le foncier est sous-utilisé et qu’on doit d’abord rentabiliser le potentiel en place, avant de se lancer dans de nouveaux projets.

Si le Premier ministre reproche à Abdeslam Bouchouareb le gaspillage de 70 milliards de dinars, nous somme, dans ce cas précis des parcs industriels, en face d’un gâchis de 127 milliards.

L’Algérie n’a pas besoin en ce moment de développer autant de parcs industriels. Elle a surtout besoin de se concentrer sur le potentiel existant et de rentabiliser ses investissements.