Enjeux énergétiques en Méditerranée: un terrain de lutte multilatéral ?

pétrole

 

L’écrivain et spécialiste dans le domaine énergétique Gilles Munier nous a longuement expliquée, dans un article qu’il nous a envoyé, pourquoi la Méditerranée est devenue un terrain de lutte multilatéral.

Selon lui, la situation dans la Méditerranée orientale ne cesse d’évoluer opposant la Turquie et le gouvernement d’union nationale libyenne (GNA) à d’autres parties ambitieuses à savoir l’Égypte, la Grèce, Chypre et le gouvernement libyen basé à Tobrouk (partisan du Khalifa Haftar). L’existence de ressources gazières dans la région qui est devenue le théâtre d’un conflit d’intérêts turco-égyptien a donné, dit-il, aux événements une dimension plus complexe. S’y ajoutent les tensions gazières opposant Ankara à Tel-Aviv, qui attisent encore le feu de la crise dans la Méditerranée orientale.

Ces évolutions sont perçues par les pays arabes comme une menace de leur sécurité nationale par un nouveau défi cette fois-ci, depuis « la porte orientale de la Méditerranée ».

Mais on a affaire aujourd’hui à un monde arabe qui fait face à un nouveau phénomène et cela en Méditerranée orientale. Une région qui s’est transformée en théâtre des interventions multipartites et des conflits d’intérêts divers faisant penser à une question fort cruciale : « À quoi la sécurité nationale arabe ressemblera-t-elle au 21e siècle ? ».

Ainsi, les grandes lignes de la sécurité nationale du monde arabe sont désormais redéfinies au rythme des priorités fixées par les monarchies arabes riveraines du golfe Persique. Ces mêmes pays qui restent les principales sources de financement des pays défaillants du monde arabe.

L’auteur a souligné que pour ces pays l’orientation de la stratégie de la sécurité nationale se déplace maintenant du golfe Persique vers la Méditerranée orientale où les ressources gazières deviennent un enjeu important au centre des conflits entre les États arabes et non arabes. Il s’agit là d’un groupe de pays qui adhèrent chacun à des coalitions différentes et qui poursuivent des intérêts contradictoires et conflictuels.

LIRE AUSSI Gouvernement: Abdelaziz Djerrad nommé Premier Ministre

1 Rétrolien / Ping

  1. Croissance économique: 1,2% au 3ème trimestre 2019 - e-Bourse

Les commentaires sont fermés.