Emploi: les nouvelles tendances du monde du travail

Une anecdote très illustrative résume l’évolution du monde du travail dans le monde et auquel l’Algérie se prépare déjà. C’est Bill Gates, le P-DG de Microsoft qui en est l’auteur et le narrateur. Il affirme dans une de ses déclarations, qu’il avait recruté un chef de service commercial pour la zone Asie. Pendant dix années, le responsable accomplissait son job convenablement, remettait ses rapports de conjoncture à temps, engrangeait des bénéfices, recevait ses salaires, ses ordres de mission, se réunissait en tête-à-tête avec ses chefs sans avoir eu à se déplacer ou à voir son P-DG, ni être obligé de quitter son Asie pour faire le déplacement aux Etats Unis. Au bout de dix années, Bill Gats rencontre enfin son responsable de zone afin de le féliciter et lui parler de vive voix. Tout s’était fait pendant ce temps très longtemps par téléphone, par courriel, par Skype et autres moyens des nouvelles technologies de la communication.

Si on prend la peine de bien décortiquer les offres et les demandes d’emploi qui s’entassent sur les sites d’emploi, on remarque bien de nouvelles tendances qui émergent au niveau de la société d’aujourd’hui. Qu’ils soient universitaires, diplômés ou autres, on devient plus regardant sur le job, les horaires et les missions à accomplir.

Ainsi, le monde du travail est en train de subir des transformations majeures. Fini le travail traditionnel, de 8 heures à 17 heures. Un travail à la tache, ou la présence suffit à établir la relation de travail entre l’employé et l’employeur.

D’ici à 2020, l’Algérie devrait s’habituer au travail à distance, au travail à mi-temps, au travail par Internet, au contrat de performance, aux délais de remises du travail, aux notes édictés sur la tache remise et l’application de toute une batterie de nouvelles mesures qui vont transfigurer de fond en comble le monde du travail.

De toute évidence, l’Agence nationale de l’emploi qui tente de s’incruster dans ces perspectives, fait des choix pour l’avenir. Pour le moment, avec un gros retard sur les démocraties avancées, elle avance à tatillons. Un responsable de l’Anem nous affirmait récemment offrir des services à distance aux demandeurs d’emploi à partir du second semestre de l’année 2019 : « Les services à distance de l’ANEM seront opérationnels avant la fin de l’année 2019. Cela permettra de dématérialiser 80% de ses prestations ».