Echourouk+: un danger pour la société

echourouk

Comme annoncé, il y a quelques jours à Ebourse, Echourouk+ va hériter du groupe Echourouk de Ali Fodil, appelé à disparaître sous le poids de la dette et des difficultés financières.

Dans cette transaction, qui constitue un danger pour la morale de la société, c’est l’absence de l’Etat qui est dénoncé. Ni le ministère de la Communication, ni encore moins l’agence de régulation de l’audiovisuel (ARAV) n’ont réagi à cette menace qui guette la société algérienne.

Echourouk, qui a séduit la famille algérienne par la probité de ses programmes, se retrouve entre les mains d’un gestionnaire de lieux de débauche.

Le principal actionnaire d’Echourouk+, Imad Henouda  est le gestionnaire de discothèques qui n’a rien à voir avec la presse et les médias. Son seul contact avec le milieu médiatique se limite à la publicité et à la production audiovisuelle.

Déjà, à travers le programme Chez Fati, Imad Henoud annonce la couleur. Il ramène chez la famille algérienne, l’ambiance des cabarets.

L’Etat algérien, qui a interdit la vente du groupe El Khabar à Issad Rebrab pour des raisons politiques, est appelé à intervenir dans cette acquisition d’Echourouk au nom de la préservation de la morale de la société. Car, si une telle opération bénéficie de la bénédiction des pouvoirs publics, il n’y aura plus aucun obstacle contre la destruction de la société.

Tout algérien qui regarde cet échantillon de programmes d’Echourouk+ va décider de bannir cette chaîne TV de son bouquet.

LIRE AUSSI Condor: commercialisation des pneus Riken

1 Rétrolien / Ping

  1. Condor: vers l'achat d'une ferme pilote - e-Bourse d'Algérie

Les commentaires sont fermés.