Desserte ferroviaire de l’aéroport: l’Anesrif menacée

L’Agence Nationale d’Etudes et de Suivi de la Réalisation des Investissements Ferroviaires (Anesrif, relevant du Ministère des Travaux Publics et des Transports) commence à tirer à boulets rouges sur le groupement public Gerda, composé de l’ENGOA, de l’Infrarail Estel et de l’EVSM. Cette guéguerre a pour objet le projet de réalisation de la desserte ferroviaire de l’aéroport entre la Halte de Bab Ezzouar et l’Aéroport Houari Boumediene, signé le 27 mai 2013.

Devant les pressions exercées par l’Anesrif, le groupement Gerda s’était engagé à assurer une amplitude de travail continue, à raison de 7/7 jours et en rotation de 3×8 heures. Au final, l’engagement n’a pas été respecté et les responsables de l’Anesrif risquent gros de la part d’un ministre, considéré comme proche d’Ouyahia et capable de faire tomber des têtes.

La question est de savoir pourquoi ce sont les gens de l’Anesrif qui se sentent menacées, alors que les entreprises de réalisations sont elles aussi placée sous la tutelle du même ministre.

En attendant un quelconque avancement des travaux, l’Anesrif s’est contentée d’adresser des mises en demeure à l’adresse du groupement Gerda.

LIRE AUSSI Batimetal Immobilière: la naïveté des gestionnaires

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire