Des partis politiques saluent le texte

constitution

 Des partis politiques ont salué samedi le contenu de la mouture de l’avant-projet d’amendement de la Constitution dont la Présidence a entamé la distribution jeudi dernier, saluant l’engagement du Président de la République de doter le pays « d’une Constitution consensuelle », avec la participation de tous à son enrichissement.

Dans ce cadre, le Front de libération nationale (FLN) a salué l’engagement du Président de la République, Abdelmadjid Tebboune à conférer au projet d’amendement de la Constitution un « caractère consensuel », selon une approche globale basée sur « une large consultation sans exclusive » pour approfondir le débat et le dialogue autour de la Constitution, pierre angulaire de l’édification de l’Algérie nouvelle ».

Le FLN a également souligné « sa satisfaction de la volonté politique du Président de la République de doter le pays d’une Constitution démocratique, reflétant les aspirations du peuple algérien et visant à soutenir et protéger l’identité nationale et l’unité du peuple en sus de l’élargissement de la constitution aux droits et libertés de l’homme et des citoyens, l’ancrage de la démocratie, la consolidation des piliers de l’Etat de droit et le renforcement de l’indépendance de la Justice et des institutions.

En réponse à l’invitation de la Présidence de la République à débattre de ce projet, le parti a décidé « d’ouvrir des chantiers spécialisés au niveau central et local mais aussi au niveau de tous les mouhafadat et comités de transition du parti dans les wilayas pour recueillir les propositions et observations des cadres et militants avant de les soumettre à la commission d’experts constituée il y a plusieurs semaines au niveau de la direction du parti ».

De son côté, le parti de l’Alliance nationale républicaine (ANR) a exprimé «sa satisfaction quant à cette démarche de réforme, car elle incarne l’un des engagements électoraux les plus éminents du Président de la République pour permettre le rétablissement de la confiance des citoyens dans leurs droits et libertés parallèlement aux impératifs de préserver la sécurité et la stabilité de l’Etat-nation.

Renforcer l’Etat de Droit

Il s’agit également de préserver les éléments de l’identité nationale, de renforcer l’Etat de Droit et des institutions, de consacrer les droits et libertés, du principe de la séparation des pouvoirs et de l’indépendance de la justice et de libérer les initiatives économique et sociale ».

L’ANR affirme que cette démarche constitutionnelle « est en synergie avec la vision du parti pour asseoir le renouveau républicain », ajoutant que pour atteindre cet objectif « notre pays est appelé à engager une série de mutations, notamment constitutionnelles, soit la base solide et la voie appropriée, pour l’aboutissement des autres changements».

LIRE AUSSI Possibilité de nommer un Vice-Président et limitation du mandat parlementaire

Le parti a cité également le changement institutionnel qui « sera favorable à l’émergence de nouvelles institutions, puisant leur légitimité de la volonté populaire, de ses compétences et sa capacité à prendre en charge les préoccupations et aspirations légitimes des citoyens ».

Le Mouvement de la société pour la paix (MSP) a fait part de son intention « d’engager un examen approfondi de la mouture de l’avant-projet de révision de la Constitution, en associant les structures, exécutive et consultative du mouvement, en plus de la consultation d’experts et spécialistes et l’organisation de conférences thématiques à ce propos.

Des consultations sont également prévues avec des personnalités nationales, la classe politique et les différentes institutions de la société civile.

Concernant la mouture de l’avant-projet de révision de la Constitution, le mouvement a estimé que les conclusions de la commission chargée d’élaborer la plate-forme « demeurent loin des aspirations escomptées, notamment celles exprimées par les différentes franges du peuple algérien, lors du Hirak populaire et les revendications consensuelles de changement.

Le document proposé « n’a pas tranché encore une fois dans la nature du régime politique », et ce « mis à part que certaines mesures contenues dans cette mouture manquent de clarté et renferment des ambiguïtés », estime le Mouvement.

1 Rétrolien / Ping

  1. Conseil des ministres: le communiqué - e-Bourse

Les commentaires sont fermés.