Des changements pour mettre fin aux dépassements : Zeghmati dernier maillon de la chaîne

belkacem zeghmati

Des libérations inattendues et impossibles à envisager quelques semaines auparavant sont observées depuis quelques jours. Après étude de leur dossier, Abdelmalek Benhamadi, patron de Condor, Djamel Serridj et son frère, des promoteurs immobiliers, des responsables de l’Administration ont  pu bénéficier d’une mise en liberté provisoire après plusieurs mois d’incarcération.

A Bordj Bou Arriredj, quatorze  activistes du hirak, qui risquaient à tout moment la prison, bénéficient au même moment d’un non lieu, suscitant l’espoir de voir des événements similaires se multiplier à travers d’autres régions du pays. Des faits semblables s’enchaînent aussi ailleurs.

La prison militaire de Blida se vide à son tour de certains de ses occupants. Le tribunal militaire prononce, en effet, un non lieu en faveur de l’ancien Directeur   Central de la Sécurité de l’Armée (DCSA), le Colonel Boubakeur et de plusieurs autres officiers de l’armée, de la justice militaire et des services de sécurité.

Il se dit  à présent que tous les cas cités ont un point commun : des dossiers vides. On les dit aussi victimes des incroyables dépassements opérés par un trio décapité. Le Directeur général de la sécurité intérieure (DGSI) et l’ex responsable du centre opérationnel (CPO) Antar (placés sous mandat de dépôt) y figurent en tête de liste. Ils sont, affirme-t-on, auteurs de dossiers ficelés et d’acharnement contre certains hommes d’affaires, de hauts gradés, des officiers, mais aussi des activistes du hirak.

Au nom de la lutte contre l’ancienne Issaba, ces responsables ont fini par créer une nouvelle secte, plus dangereuse. Usant de la Loi comme instrument pour l’instauration d’un pouvoir parallèle à celui qui détient la légitimité de l’urne.

Complicité du ministre de la Justice

Leurs desseins ne pouvaient cependant se concrétiser sans l’appui, la collaboration, voir la complicité d’un troisième personnage : Belkacem Zeghmati.  Depuis l’arrestation de ces derniers, le nom de l’actuel ministre de la justice a d’ailleurs circulé avec insistance. Il est présenté comme étant le prochain, le dernier maillon à sauter…

En attendant, l’effet domino, provoqué par les derniers événements survenus, continue à se faire ressentir. Des changements en série ont été opérés à la tête de plusieurs organismes de sécurité.

Des postes clés sont à nouveau occupés par des responsables connus pour leur intégrité.  Certains d’entre eux avaient été injustement écartés de leur fonction par l’ancien régime sur la base de rumeurs ou autres motivation abjectes, à l’image du Général Major Youcef (Directeur Général de la Documentation et de la Sécurité Extérieure, DGDSE). Ils y reviennent aujourd’hui dans une autre conjoncture. Celle où les dépassements ne sont plus tolérés.

LIRE AUSSI Présidence: changements au niveau de la DGSPP et du Protocole

1 Rétrolien / Ping

  1. Bilan du lundi: 135 nouveaux cas confirmés et 7 décès - e-Bourse

Les commentaires sont fermés.