Dernières provocations marocaines : un écran de fumée

roi du maroc

Les gesticulations marocaines n’ont pas eu raison de la froideur de la diplomatie algérienne qui a une fois de plus décidé de faire fi des dernières provocations  de Nacer Bourrita. roi du maroc

Le MAE marocain est connu pour être l’homme de main du roi, lui obéissant au doigt et à l’œil et chargé uniquement d’appliquer  ses directives. Necr Bourita n’a aucun droit d’agir seul ou la latitude de développer ses idées comme le ferait tout diplomate occupant cette fonction. Bourita applique sans réfléchir.  roi du maroc

Dans ces dernières déclarations, il  s’est de nouveau attaqué à l’Algérie à laquelle il reproche son soutien à l’indépendance du Sahara Occidental et lui dénie le droit de réagir à l’ouverture de représentations consulaires (par des pays africains aux positions ambiguës) à l’intérieur même des territoires sous occupation marocaine et dont le sort demeure naturellement non tranché.  Par une gymnastique verbale où il est parfois difficile de se retrouver, le commis du roi déclare aussi y avoir décelé la «preuve» de la compromission de l’Algérie.  roi du maroc

Les termes utilisés sont loin de s’inscrire dans la littérature de la diplomatie et de la bien séance. Le MAE algérien en a fait fi,et a regretté ce nouvel écart qu’il qualifie de «provocation» tout en maintenant la position du pays à l’égard du Sahara Occidental.  roi du maroc

En sa qualité de ministre des affaires étrangères, Boukadoum est resté réservé dans une mise au point diplomatique. L’opinion elle n’en demeure pas dupe.  Le lien entre les derniers événements qui secouent le Maroc et les propos de Bourita ont été vite établis.

La manœuvre est en fait destinée à détourner l’opinion interne d’une terrible affaire qui a mis grandement en colère les marocains. Plusieurs titres de la presse internationale ont, en effet, annoncé que Mohamed VI se serait réfugié dans un pays africain très peu touché par l’épidémie actuelle par peur d’être infecté par le Coronavirus.

Un monarque fuyant son pays où la barre des 5000 contaminations par COVID19 a été atteinte, a été très mal perçu. La colère gronde chez le voisin et se mêle aux voix des rifains, en révolte. Il y a le feu en la demeure, le roi le sait et Bourita a agit.

Le reste, tout le reste n’est qu’écran de fumée…

LIRE AUSSI Commerce: plus de 42.000 infractions au T1 2020