Denrées alimentaires: repli en avril des prix mondiaux

fao

Par Rabah Kahouadji

Un communiqué, l’Organisation pour l’Alimentation et l’Agriculture (FAO) fait état d’un repli des prix mondiaux des denrées alimentaires pour le troisième mois consécutif en avril tandis que les impacts économiques et logistiques de la pandémie du  covid-19 ont entraîné des réductions importantes de la demande pour plusieurs denrées alimentaires.
L’indice (FAO)des prix alimentaires , qui est un indice pondéré par les échanges commerciaux permettant de suivre l’évolution mensuelle des principaux groupes de produits alimentaires, affichait une moyenne de 165,5 points en avril, soit en baisse de 3,4 pour cent par rapport au mois précédent et en baisse de près de 10 pour cent par rapport au mois de janvier.
Principalement, ce sont les denrées alimentaires comme, les céréales, les produits laitiers (5,2 pour cent), les huiles végétales (5,2 pour cent), la viande (- 2,7 pour cent) et les sucres (-14,6 pour cent), qui ont enregistré des baisses sur les marchés internationaux.
Par ailleurs, l’Indice FAO des prix des céréales a légèrement baissé tandis que les prix mondiaux du maïs ont fortement chuté. Les prix mondiaux du riz ont quant à eux augmenté de 7,2 pour cent depuis mars suite aux restrictions temporaires à l’exportation appliquées au Vietnam puis aussitôt annulées.
Du reste, la production de blé devrait rester stable mais les stocks sont appelés à croître davantage en 2020/21.
La même source a précisé que La production mondiale devrait s’élever à 762,6 millions de tonnes, non loin du niveau enregistré en 2019, avec des prévisions faisant état de récoltes moins importantes dans l’Union européenne, en Afrique du nord, en Ukraine et aux Etats-Unis, qui permettront presque de compenser des récoltes plus importantes en Australie, au Kazakhstan, en Russie et en Inde.
L’utilisation mondiale de blé en 2020/21 devrait demeurer stable avec des augmentations attendues au niveau de la consommation alimentaire qui compenseront les réductions à des fins alimentaires et industrielles.
D’ici la fin des saisons de culture en 2021, les stocks de blé devraient augmenter de 274,5 millions de tonnes suite à une hausse attendue des stocks en Chine tandis que dans le reste du monde, les stocks mondiaux devraient baisser de près de 5 pour cent pour atteindre leurs plus bas niveaux depuis 2013.