Le génie de la jeunesse algérienne au service de la communauté

batna

Par Wahab

La planète se trouve confronté depuis quelques jours à ennemi invisible,  ravageur qui se déplace d’un continent à un autre à grande vitesse, une alerte   planétaire qui plonge le monde dans un questionnement permanent.

A l’instar de plus de 190 pays, l’Algérie recense  l’ampleur des dégâts  et soulève des interrogations légitimes au sujet du secteur de la santé. Nous sommes en pleine pandémie, la courbe  est ascendante la lutte contre la propagation du coronavirus est l’affaire de tous, et de «Bénévoles United». Cherif Nacim, Haddad Abdenacer et Naili Djallel… sont des noms qui résument le défi que s’est lancé cette association.

Il y a aussi Chaoui, pure souche du trio de Batna, membre de la communauté «Bénévoles United» qui a conçu en un temps record le premier tunnel de désinfection intelligent. Nacim  l’architecte en génie civil  raconte les péripéties de cette expérience.  « L’idée a germée après avoir visionné une vidéo d’un modèle installé sur une placette à Istanbul, après une brève discussion téléphonique avec mon ami Abdenacer (également ingénieur en génie civil),  nous avons  discuté de la faisabilité du projet puis décision a été prise de nous lancer, de constituer l’équipe et entamer l’élaboration du prototype. Pour nous, il s’agissait de trouver   un moyen sûr et simple d’aider le personnel soignant et les membres de la protection civile à se protéger du coronavirus. » Ayan Protect est alors né «Ayan» signifie «Un» en langue targuie , mais  le projet butte malheureusement sur l’indisponibilité de certains éléments indispensables à la conception de «Ayan Protect» Nous sommes en pleine crise sanitaire et la fermeture des commerces non indispensables n’est pas faite pour nous aider».

Pour l’équipe de concepteurs le facteur temps est l’élément le plus important dans cette lutte contre le Coronavirus  «Nous devons suivre la vitesse de propagation du virus ». Ils  se lancent alors dans la conception du tunnel  sous l’œil vigilant de Abdenacer, l’ingénieur du groupe qui brave la fatigue et les erreurs.  Des essais  dans  sont effectués dans des hangars. Le tunnel est composé d’une structure métallique, de tubes de plomberie en matière plastique, d’une pompe, de buses d’aspersion pour les systèmes d’irrigation agricole et d’une bâche .

Fruit d’un partenariat

Un  détecteur de mouvement conçu par Djalal le spécialiste en vidéosurveillance permet de contrôler la consommation de produit désinfectant durant le passage du  tunnel, le système permet  une désinfection totale au bout de 10 secondes avec une autonomie de traitement de 740 sujets avec une consommation de 1,5 l de désinfectant  . Ce dernier a été mis gracieusement par le laboratoire «Tréox» de Constantine, spécialisé dans la production de solution détruisant les virus de tous germes, et n’ayant aucun effet sur la santé des personnes. Un  partenariat est né. Nacim précisera  qu’«il était évident que nous n’allions pas diffuser un liquide dangereux à base de chlore, il nous fallait un produit  sans effets de gêne mais qui soit surtout disponible en Algérie».

En un temps très court le tunnel est opérationnel, il dépasse même les attentes de la jeune équipe, qui décide alors de réaliser une vidéo du prototype  et de la mettre en ligne afin de permettre à d’autres personnes de dupliquer le tunnel à travers toutes les régions du pays.  «Ayan Protect»  des Bénévoles United  est  aujourd’hui  visionné par des milliers d’internautes,  il fait des émules aux quatre coins de l’Algérie grâce au  #tutoriel  expliquant les étapes de réalisation d’un tunnel de désinfection intelligent que les bénévoles United ont partagé sur la toile.

Le défi «Tunnel challenge» est lancé. Hier l’équipe a réalisé une paroi protectrice légère, utilisée lors de la mise sous oxygène des cas positifs Covid-19   et prise de sang pour éviter tout contact avec le malade (transpirations et suées).

LIRE AUSSI DGDSE: retour du Général Major Youcef