Cour de Tipasa: report au 26 décembre du procès de « Mme Maya »

justice

La Cour de justice de Tipasa a décidé, samedi, le report au 26 décembre courant, du procès de Nachinache Zoulikha-Chafika dite « Mme Maya », condamnée en première instance par le tribunal de Cheraga, à 12 ans de prison ferme, dans une affaire de corruption. La chambre correctionnelle a décidé le report de ce procès, pour la 3eme fois consécutive, à la demande de la défense des autres parties accusées dans cette affaire qui a évoqué l’absence, pour des raisons de santé, de la défense de Mme. Maya (accusée principale).

Nachinache Zoulikha-Chafika, dite « Mme Maya », a été condamnée le 14 octobre dernier par le tribunal de Chéraga, à 12 ans de prison ferme assortie d’une amende de 6 millions de DA avec la saisie de ses biens. Ses deux filles, Imène et Farah, ont été condamnées chacune à une peine de 5 ans de prison ferme assortie d’une amende de 3 millions de DA avec la saisie de leurs biens. Impliqués dans cette affaire, l’ancien wali de Chlef, Mohamed Ghazi, a été condamné à une peine de 10 ans de prison ferme, assortie d’une amende d’un million de DA, tandis que son fils a été condamné à 2 ans de prison ferme et une amende de 500.000 DA.

Les griefs retenus contre les accusés dans cette affaire sont notamment « blanchiment d’argent », « trafic d’influence », « octroi d’indus avantages », « dilapidation de deniers publics », « incitation d’agents publics pour l’octroi d’indus avantages » et « transfert illicite de devises à l’étranger ». Jugés aussi pour cette affaire, l’ancien wali d’Oran, Abdelghani Zaâlane, et l’ancien directeur général de la Sûreté nationale (DGSN), Abdelghani Hamel, ont été condamnés à 10 ans de prison ferme avec une amende d’un million de DA chacun.

Les deux investisseurs et entrepreneurs, Belaid Abdelghani et Ben Aicha Miloud ont été condamnés respectivement à 7 et 10 ans de prison ferme avec une amende d’un million de DA chacun. L’ancien député à la retraite, Omar Yahiaoui (en fuite à l’étranger), a été condamné à 10 ans de prison ferme, assorti d’une amende d’un million de DA, avec la confiscation de ses biens et le lancement d’un mandat d’arrêt international à son encontre. Mme Maya et ses deux filles doivent, selon le même verdict, verser 600 millions de DA de dédommagement au Trésor public.