Cosider Canalisation/Sonatrach: un contrat scandaleux

cosider

La société turque ERCIYAS CELIK BORU, partenaire privilégié de Ali Haddad, vient de remporter un contrat de fourniture de tube en acier soudé auprès de Cosider Canalisation. L’attribution de ce marché fait suite à la consultation Sélective n° 26/19/GPDF pour le compte de TRC/Sonatrach.

Ce marché, affirment les experts, a été attribué à l’international, au détriment des constructeurs algériens, à savoir Alfapipe et Altumet (entreprises publiques) ainsi que Tosyali (entreprise turque basée à Oran).

Dans  son édition du 16 mai 2017, du quotidien français Le Monde, le journaliste Lyas Hallas avait signé un article sur les malversations de la société turque ERCIYAS CELIK BORU avec Ali Haddad.

LIRE AUSSI Sonatrach: Mohamed Meziane sous contrôle judiciaire

Pour honorer les gros contrats qu’il n’a pas la capacité d’exécuter, le groupe ETRHB Haddad a eu recours à la sous-traitance, notamment par l’intermédiaire d’entreprises espagnoles et turques. Ainsi, selon les documents de Panama Papers, la sous-traitance d’une partie des prestations liées au raccordement de la station de dessalement de Tafsout Honaine au réservoir de Lalla Setti, dans la wilaya de Tlemcen, et au projet de dérivation des eaux de l’oued Al-Harrach, dans la wilaya d’Alger, a donné lieu au transfert de plusieurs millions de dollars à l’étranger.

Pour les besoins des deux projets, un contrat à 10 millions de dollars a été signé avec l’entreprise turque Erciyas Celik Boru, que dirige Ahmet Kamil Erciyas, pour la fourniture de 90 km de « tubes en acier soudés en spirale avec revêtement époxy » de diamètres variant entre 800 mm et 1 400 mm. Or le fournisseur turc a surfacturé ce matériel. Sachant que la masse linéaire d’un tube rond en acier d’un diamètre de 1 200 mm est de près de 180 kg/m et que le prix de la tonne était en moyenne de 350 dollars, cela aurait dû donner un prix autour de 5,5 millions de dollars pour l’ensemble des tuyaux fournis par l’entreprise turque. C’est un peu plus de la moitié de ce qui a été payé dans le cadre de cette transaction.

En somme, au moment où l’appareil judiciaire algérien mène un effort colossal pour combattre les acteurs d’El Issaba et leurs alliés étrangers, Cosider Canalisation et TRC/Sonatrach continuent d’attribuer des contrats à ces entités, au détriment des entreprises algériennes.

LIRE AUSSI ADE: un contrat « taillé » pour Haddad?