Corruption: Sellal risque des poursuites dans le dossier Amenhyd

Sellal

L’ancien ministre des ressources en eau Abdelmalek Sellal risque des poursuites judiciaires dans le cadre de l’enquête judiciaire ouverte sur la société Amenhyd, qui appartient à la famille Chelghoum.

La responsabilité de Abdelmalek Sellal est déjà mise en évidence dans l’octroi d’énormes  marchés au profit de Ali Haddad à travers la société ETRHB et de la dynastie des Kouninef Quand il se trouvait à la tête du secteur de l’hydraulique, Sellal a attribué énormément de marchés à Amenhyd dont les associés sous enquête et interdits de quitter le territoire national

Nous apprenons ainsi que plusieurs membres de la famille Chelghoum sont concernés par des enquêtes du parquet de Sidi M’hamed

Chelghoum Mohamed El Bachir est l’objet d’une enquête ouverte le 24 avril 2019 sous le numéro  19/00014, Le parquet le soupçonne « influence des agents pour l’obtention d’une augmentation des prix, ainsi que la modification des services et des délais. »

Il lui est reproché également « l’Incitation de l’agent public à user de son influence réelle ou supposée dans le but d’obtenir des avantages » et « mauvais usage des fonctions Pour l’octroi de services non mérités pour une personne ou une entité tierce ».

Comme tous les autres accusés, Chelghoum Mohamed El Bachir est soupçonné « d’Infraction à la législation relative à la monnaie et  au mouvement des capitaux de et vers l’étranger ».

LIRE AUSSI Corruption: enquêtes et risque de poursuites contre Benamor

En date du 26/04/2019, le parquet de Sidi M’hamed a ouvert une information sur Djamel Eddine Chelghoum pour les mêmes faits. En revanche, son frère Ali est l’objet d’une autre enquête concernant la « conclusion de marchés et de contrats avec l’Etat grâce à l’autorité et l’influence de l’agent public dans le but d’obtenir des avantages ».

Chelghoum Ali est également l’objet d’une enquête relative au « mauvais usage des fonctions Pour l’octroi de services non mérités pour une personne ou une entité tierce » et « infraction à la législation relative à la monnaie et  au mouvement des capitaux de et vers l’étranger ».

Les mêmes soupçons pèsent sur Chelghoum Abdelkader, objet d’une enquête ouverte le 27/04/2019 sous le numéro 19/00024.

Toutes ces personnes sont liée à la société Amenhyd, troisième puissance dans le domaine de l’hydraulique après l’ETRHB de Haddad et Kou GC des Kouninef.

LIRE AUSSI JET Multimédia: une multinationale soupçonnée de corruption