Corruption: enquêtes et risque de poursuites contre Benamor

Plusieurs membres de la dynastie Benamor sont l’objet d’enquêtes et interdits de quitter le territoire national.

Ainsi, le parquet de Sidi M’hamed a ouvert une enquête sur Mohamed Laid Benamor portant le numéro 19/00016. Une fiche d’interdiction de sortie du territoire national (ISTN) lui a été établie en date du 24/04/2019.

Il est reproché à Benamor le « bénéfice d’une autorité et l’influence des fonctionnaires au détriment de l’impartialité de la concurrence sur les marchés publics et l’égalité entre opérateurs économiques, au détriment également de l’investissement productifs, créateur de richesse et d’emploi, au détriment aussi de la distribution juste des revenus et la participation à la fiscalité ordinaire ».

Le parquet considère que les pratiques de Benamor n’ont pas favorisé « la liberté de l’accès aux crédits bancaires ».

Le parquet considère que cela a « provoqué un préjudice énorme sur la réalisation et la livraison des projets de développement à travers la saignée du trésor public, la surfacturation des opérations d’importation et atteinte aux réserves de change ».

LIRE AUSSI Agence Des Autoroutes: une société bicéphale

Une autre enquête Mohamed El Hadi Benamor dont la fiche ISTN porte le numéro 19/00029 du 27/04/2019.

Le parquet de Sidi M’hamed également élaboré une fiche à l’encontre de Rédha Benamor, sous le numéro 19/00030 du 27/04/2019.

L’enquête du parquet porte sur l’influence des agents pour l’obtention d’une augmentation des prix, ainsi que la modification des services et des délais. Incitation de l’agent public à user de son influence réelle ou supposée dans le but d’obtenir des avantages ».

Il est question également de « mauvais usage des fonctions Pour l’octroi de services non mérités pour une personne ou une entité tierce » et « infraction à la législation relative à la monnaie et  au mouvement des capitaux de et vers l’étranger ».

Le parquet de Sidi M’hamed reproche à El Hadi Benamor la « conclusion de marchés et de contrats avec l’Etat grâce à l’autorité et l’influence de l’agent public dans le but d’obtenir des avantages ».

Il est également soupçonné de » mauvais usage des fonctions pour l’octroi de services non mérités pour une personne ou une entité tierce ».

Le parquet de Sidi M’hamed se penche sur une « infraction à la législation relative à la monnaie et  au mouvement des capitaux de et vers l’étranger ».

Le même reproche est fait Djamila et Djamila Benamor, dont les dossier portent respectivement les numéros 19/00027 du 24/04/2019 et 19/00029 du 27/04/2019.

LIRE AUSSI Directeur Général des Impôts: nomination de Kamal Aissani