Coronavirus: fil de l’actualité (en continu)

Covid-19

Djelfa: des mesures préventives au niveau de l’administration

Vidéo: large désinfection des trains

Large opération de désinfection à Alger

L’Etablissement de l’hygiène urbaine et de la protection de l’environnement (Hupe) a lancé, mardi, une « large » opération d’assainissement et de désinfection des différentes mosquées, des établissements éducatifs et de santé, des places et structures publiques, ainsi que des rues à travers 57 communes à Alger, dans le cadre des mesures préventives contre le Coronavirus (Covid-19).

Dans une déclaration à l’APS à l’occasion du lancement de l’opération au niveau de « la mosquée Sunna » et du « marché Nelson », ainsi que de la station d’autobus de R’mila » dans la commune de Bab el Oued, le directeur général de l’Etablissement, Mustapha Hamimi a dit que cette opération intervenait en application de la décision émise par le wali d’Alger portant assainissement de toutes les structures publiques dans le cadre des mesures visant à protéger le citoyen contre le Coronavirus.

Cette opération de nettoiement et de désinfection de large envergure concerne 57 communes, a-t-il fait savoir, précisant que tous les moyens matériels et humains ont été déployés pour mener à bien cette initiative.

L’Etablissement a mobilisé pour cette opération qui s’étend jusqu’au 30 avril prochain, plusieurs brigades spécialisées dans la lutte contre les canaux de transmission des maladies, lesquels ont vaporisé des pesticides et des produits désinfectants au niveau des espaces publics, à l’instar des mosquées, des marchés, des stations de transport public, des réseaux d’assainissement et des centres de santé, outre les parties communes des immeubles.

Faisant savoir que son établissement avait doté les agents mobilisés dans le cadre de cette opération de nettoiement au niveau des différentes communes d’Alger, de combinaisons à usage unique, M. Hamimi a assuré que tous les désinfectants étaient « agréés et inoffensifs pour la santé et l’environnement ».

Outre les affiches de sensibilisation placardées à l’entrée des mosquées et dans les espaces publics, l’établissement HUPE procède à la distribution de dépliants portant des illustrations sur les risques de contamination et modes de transmission de cette pandémie.

Afin d’être en contact avec le citoyen et répondre à ses préoccupations, M. Hamimi a annoncé l’entrée en service du site internet: www.hupe-wa.dz.

Approchés par l’APS, des citoyens et des commerçants de la circonscription administrative de Bab El Oued ont adhéré à cette  initiative de prévention contre le Coronavirus, appelant par la même occasion à la multiplication de telles initiatives à l’avenir.

La date limite d’achat de la vignette automobile reportée au 31 Mai prochain

Dans le cadre de la mise en œuvre du dispositif national de prévention et de lutte contre le Coronavirus, la Direction générale des impôts vient elle aussi de prendre des mesures relatives  aux souscriptions et paiement des droits et taxes. Dans un communiqué rendu public, la DGI annonce ainsi le report «exceptionnel» des déclarations et paiement des droits de taxes et «sans application de pénalités».  Les «souscriptions de la déclaration mensuelle et paiement des droits et taxes y afférents ainsi que le paiement des acomptes provisionnels IRG-IBS» ont été reportés au 20 Avril prochain indique la même source. Ces décisions s’appliquent également aux contribuables des professions libérales et aux propriétaires de véhicules. La date limite de paiement de la vignette automobile pour l’année 2020 a été également officiellement reportée au 31 Mai prochain.  Seuls les «contribuables relevant de la DGE soumis à l’obligation de télédéclarations et paiements» demeurent non concernés par ces reports.

LIRE AUSSI Pétrole: les prix en dessous de 30 dollars

Boumerdes : Les marchés hebdomadaires fermés.

Le wali de Boumerdes Yahia Yahiaten a mis en exécution hier la fermeture  des marchés hebdomadaires de Boumerdes chef lieu (Lundi) et Thenia  (mardi) s’ensuivra la fermeture des marchés de Boudouaou et Kharouba le Vendredi et le marché de véhicules de Tidjelabine le Samedi. Cette décision conjoncturelle  lourde de conséquences pour les petits commerçants et autres locataires de ces lieux commerciaux reste néanmoins sage et nécessaire au vu de l’évolution de la situation sanitaire localement comme enregistrée par les  cellules de veille installée depuis le début de cette semaine. Par ailleurs les différents corps  de sécurité veillent à lutter contre les déplacements de marchands ambulants dans le but de renforcer la prévention contre ce fléau sanitaire et préserver comme relever dans un communiquer la sante publique.

Par Wahab

 Boumerdes: la spéculation réapparaît

Les vieilles pratiques ont la vie dures, avec la crise du coronavirus Covid-19  plusieurs magasins du chef lieu de la wilaya  ont augmenté les prix des gels hydro alcooliques  et des masques ,les prix de ces produits de protection devenus à large consommation avec la confirmation de cas (6 à Boumerdes)  de contamination au Covid19 ont carrément doublé voir plus dans la majorité des officines médicales .Ainsi le prix d’un tube de gel hydro-alcoolique de 20ml est passé de 120 DA à 250 voir 300 DA  comme constaté au niveau de l’avenue centrale de Boumerdes ,le prix de la bavette ou masque est passé de 25 DA à 50 DA l’unité  et plus, pourtant c’est des produits des anciens stocks regrette amèrement un pharmacien .Autre  scène  enregistrée hier au quatre coins de la wilaya, la ruée vers les produits alimentaires dans les grandes surfaces et autres épiceries de quartier. Ce vent de panique qui a résulté sur des scènes parfois désolantes et un manque de civisme incompatible avec le sang-froid et la solidarité qui devraient guider les citoyens en ces temps où la situation sanitaire du pays à l’instar de toute la planète est menacée. Pourtant la veille la  direction du commerce   assuré et rassurer  le consommateur sur  »une offre largement suffisante et que des commissions spécialisées, veillent au respect des règles du marché et à la lutte contre les spéculations ».  Mais cette assurance ne semble pas trouver d’échos  auprès du consommateur en ce temps de crise sanitaire, et n’a malheureusement pas empêché aussi la flambée des prix dans certains marchés de fruits et légumes et encore moins les étals des grandes surfaces et épiceries de quartiers  d’être ‘dévalisés’. La direction du commerce doit intervenir insiste les citoyens las de revivre les mêmes scènes ,  pour mettre un terme à ces pratiques qui apparaissent et réapparaissent à chaque situation de crise .Avec la fermeture quoique temporaire des marchés hebdomadaires ces pratiques risques de  se multiplier et toucheront des produits de première nécessité comme le lait ;et c’est pour cette raison et au vu de la situation de panique qui s’est emparé des citoyens accentuer depuis hier avec le risque de contamination du Virus Covid19  que l’intervention des pouvoirs publics pour mettre un terme à ces pratiques mercantiles et déloyales est plus que nécessaire.

Par Wahab

Fermeture des frontières algéro-tunisiennes

L’Algérie et la Tunisie ont décidé d’un commun accord la fermeture de leurs frontières terrestres pour lutter contre la propagation du Coronavirus annonce ce mardi soir un communiqué émanant des services du premier ministère algérien. «Cette mesure tout à fait exceptionnelle et temporaire  n’affectera nullement l’esprit d’amitié et de fraternité entre les peuples algérien et tunisien ainsi que la coopération exemplaire entre nos deux Etats».

 Thenia/Boumerdes: Les citoyens saluent la prise de position de Nour Eddine Melikchi

La sortie avant-hier du professeur Noureddine Melikchi, qui a appelé les Algériens à suspendre momentanément le Hirak pour éviter la propagation du coronavirus Covid19 dans le but de préserver des vies  est sur toutes les lèvres  ce matin dans sa ville natale Thenia  .Très respecté et fierté locale chaque sortie de l’enfant de la ville est sujet à discussion. Pour son voisin Inejouane Lounes  » Nour Eddine a tout le temps était humble et abordable  » De passage à sa  maison familiale à Thenia il y’a un mois le physicien atomique travaillant pour  l’agence spatiale Américaine NASA  a été destinataire d’un appel téléphonique du Président de la République Abdelmadjid Tebboune ce contact a davantage rehaussé sa personnalité auprès de ses amis d’enfance et témoigne de sa notoriété  universelle. Rappelant que Noureddine Melikechi qui vit aux USA a appelé,  les Algériens à suspendre « temporairement » le Hirak en ces moments de crise sanitaire, pour lui ses convictions restent inchangées   mais étant devant la nature hautement contagieuse de Covid-19, il dira  »Je conseille à mes compatriotes à suspendre temporairement le Hirak et à éviter les foules  » ajoutant  »Ce geste reste un geste citoyen  »Cela n’isolera pas définitivement les gens de Covid-19, mais ralentira sa propagation »

Par Wahab

Adaptation avec la situation actuelle pour prendre en charge le secteur de la culture

La ministre de la Culture, Malika Bendouda a affirmé, mardi, que ses services « contribueront par une campagne de sensibilisation en associant des plasticiens et des artistes en vue d’alléger la peur et de semer la quiétude face à la pandémie du coronavirus ».

S’exprimant à l’APS en marge de l’audience qu’elle a accordée à des écrivains et des artistes au siège du ministère, la ministre a indiqué que son département « est en passe d’adopter une nouvelle approche pour parrainer l’activité culturelle hors des cadres et espaces traditionnels » et ce en harmonie avec la situation générale que vit le pays et le monde », soulignant que cette épreuve est « une opportunité pour se retrouver en famille ».

Dans le cadre de l’action administrative et organisationnelle du ministère, Mme Bendouda a indiqué que ses services exploiteront cette situation pour organiser calmement « la maison de la culture » loin de toutes décisions forcées ou d’urgence », ajoutant que cette situation « est une opportunité pour suivre et régler les problèmes et insuffler une nouvelle dynamique pour la culture ».

Pour ce qui est des décisions importantes à prendre pour continuer les activités culturelles après cette période de suspension, la ministre a affirmé que le ministère lancera « divers concours de lecture pour y associer le public ».

« La situation actuelle nous fait subir une épreuve de parcours qui ont été abandonnés », a ajouté la ministre, précisant que « les problèmes et les contraintes du numérique peuvent être revus, un mobile pour relancer les plateformes interactives et pourquoi pas présenter des spectacles interactifs à distance ».

Mme Bendouda a fait savoir que son département ministériel s’attèle à « la recherche de porteurs d’idées à même d’opérer un changement et apporter un supplément à la culture algérienne dans tous ses domaines », soulignant « sa foi en les capacités des jeunes dans tous les domaines culturels ».

Exprimant leur mécontentement vis-à-vis de la réalité du livre en Algérie notamment en ce qui concerne les difficultés rencontrées en matière de publication et de commercialisation, les acteurs en question ont plaidé pour « l’ouverture d’ateliers de réflexion dans les domaines culturels et la révision de la taxe sur le livre ».

Soulevant, dans ce sens, les préoccupations des écrivains à la ministre, ces acteurs se sont plaint de « leur absence d’ordre juridique » en tant que titulaire « d’un produit culturel important », appelant à « la redynamisation du rôle des instances en charge des écrivains, à leur tête le Centre national du livre (CNL).

La ministre organise une réception aux acteurs des différents domaines culturels sous forme de séances de débat à même de mettre la lumière sur les problèmes du secteur.

Plusieurs mesures prises par la SNTF pour limiter la propagation

La Société nationale des transports ferroviaires (SNTF) a annoncé mardi la prise de plusieurs mesures pour limiter la propagation du virus corona (COVID-19) au niveau des gares et des trains, ainsi qu’au niveau interne de ses administrations, a indiqué un communiqué de la Société.

A cet effet, le nettoyage au départ et à l’arrivée des trains de banlieues, régionaux et des grandes lignes est « systématique », a assuré la Société.

La désinfestation des trains, guichets, salles d’attentes et espaces communs des gares est également parmi les mesures entreprises par la SNTF pour limiter la propagation du Coronavirus.

La société a, aussi, assuré qu’elle incite son personnel à observer des mesures hygiéniques (port du masque, gants et utilisations des solutions désinfectantes) afin d’éviter toute transmission avec les voyageurs.

S’agissant des mesures prises au niveau de ses administrations, la Société a annoncé avoir favorisé le travail à distance en ce qui concerne le personnel pouvant utiliser la télécommunication (internet/téléphone) dans l’accomplissement de leurs taches.

Limiter la circulation entre les services et ne recevoir des visites externes qu’en cas de « nécessité absolue », ainsi que l’incitation du personnel, en particulier les mères de familles à apurer leurs reliquats de congés, ont également été instaurées par la SNTF.

La Société a, en outre, signalé la mise en place d’une cellule de crise au niveau de sa direction générale pour assurer un suivi journalier de la situation et de prendre les dispositions nécessaires en cas de besoin.

Aucun cas de coronavirus parmi les personnels des établissements hospitaliers

Aucun cas de coronavirus n’a été recensé, à ce jour, parmi les personnels médicaux et paramédicaux, et autres employés des différents établissements hospitaliers de la wilaya de Blida, a assuré mardi, le directeur local de la santé, Ahmed Djemai.

« Toutes les analyses réalisées sur les personnels médicaux et paramédicaux, et autres employés des hôpitaux, à l’instar de ceux de l’hôpital Brahim Tirichien (Ex-Faubourg) du centre ville, étaient négatives au Covid-19 », a indiqué M. Djemai à l’APS.

Il a assuré que « tout employé au niveau des hôpitaux, présentant des symptômes similaires à ceux de cette pandémie, est soumis à ces analyses ».

Le directeur de la santé de la wilaya a réfuté, à l’occasion, l’information diffusée par un nombre de pages facebook locales, à propos de l’infection par le virus, d’un médecin du CHU Franz Fanon.

Sur un autre plan, le responsable a signalé que 13 cas d’infection par le coronavirus ont quitté l’hôpital de Boufarik, suite à leur rétablissement total, a-t-il assuré, au moment où 21 autres cas confirmés positifs se trouvent toujours en isolement au niveau du même établissement sanitaire.

Il a, aussi, fait part de l’accueil, lundi, par le service des maladies infectieuses du même hôpital, de « 4 ressortissants algériens venus d’Espagne, suspectés d’être infectés par le Covid-19 ». Ces cas de suspicion étaient à bord du train assurant la ligne Oran-Alger, a-t-il fait savoir, ce qui porte « à 25 le nombre de cas suspects en isolation, et dont les résultats des analyses seront divulgués, ce mardi soir », selon le même responsable.

Le directeur de la santé de Blida a signalé, par la même, l’enregistrement, mardi matin, du 4ème décès par le coronavirus à Blida, et du 5ème à l’échelle nationale.

La personne décédée, un homme de 50 ans, est le frère de la femme (51 ans) morte le 13 mars, a-t-il ajouté, précisant qu’il s’agit du premier cas décédé à l’hôpital de Boufarik.

Des femmes à Ouargla prises entre leurs professions et la fermeture des garderies

La fermeture des crèches et garderies d’enfants, décidée par les pouvoirs publics dans le cadre des mesures préventives contre le Coronavirus, ont été accueillies avec un pincement de cœur par les femmes travailleuses.

Ces dernières se sont retrouvées du jour au lendemain prise entre le marteau de leurs obligations professionnelles et l’enclume de l’absence d’une solution alternative.

Elles sont nombreuses, employées d’entreprises, établissements et institutions, publics et privés, à voir en cette décision, bien que tout à fait importante, une mesure contraignante obligeant la femme travailleuse à opter pour la prise d’un congé, que ce soit un reliquat, par anticipation ou de maladie, pour assurer la garde de leurs enfants en bas âge ou en préscolarisation.

Fatima, employée dans une entreprise économique et mère de trois enfants (1à5 ans), a dit se retrouver dans une « situation inconfortable », après que la garderie ait fermé ses portes, l’amenant à recourir à un arrêt de travail médical de 15 jours en vue de reprendre la garde de ses petits, et ce en dépit de la « sensibilité » de son poste de travail.

Lamia, cadre à la Sonelgaz et mère de deux enfants n’a pas caché son mécontentement face à cette décision de fermeture, en l’absence de personnes à qui confier cette mission et de l’éloignement de ses parents, en dehors de la wilaya d’Ouargla.

Amel (architecte) a, de son côté, dû emmener sa fille avec elle sur son lieu de travail, relevant du secteur privé, où elle ne peut déposer de congé de maladie, de crainte de perdre son poste, car nouvellement recrutée.

Dr.Leïla, praticienne à l’hôpital « Mère-Enfant » d’Ouargla, n’a trouvé de solution autre, pour garder ses enfants, que le changement de sa permanence de jour à celle de nuit.D’autres travailleuses, plus chanceuses et dont les relations parentales sont plus étroites, ont carrément confié leurs enfants à leurs parents et beaux-parents, comme c’est le cas de Soumaya, employée dans une pharmacie, qui doit juste consentir un trajet supplémentaire pour déposer ses enfants chez sa famille.

Par souci d’atténuer les répercussions de la fermeture des garderies et crèches en cette conjoncture afin de prévenir le risque de propagation du Coronavirus, certains établissements et institutions dans la région ont accordé des congés exceptionnels d’une durée de 15 jours (extensible) aux travailleuses.

Une initiative que beaucoup ont salué, à l’image de Radia, employée à la caisse nationale d’assurances sociales, qui l’a accueillie favorablement car lui permettant d’être près de ses enfants et leur confinement à domicile.

 

1 Rétrolien / Ping

  1. Coronavirus: la Chine commence les tests d'un vaccin - e-Bourse

Les commentaires sont fermés.