Conseil des ministres: création de « la Cité des Start up »

start up

Le plan d’action du ministre du ministre de la micro-entreprise, des Start-up et de l’économie de la connaissance, présenté lors du conseil des ministres tenu le 03 février 2020, prévoit « l’institution du cadre juridique et fonctionnel de la start-up » et qui donne une définition de la start-up et de l’incubateur.
Le ministre a par ailleurs annoncé le projet de création de « la Cité des startups » qui sera » un centre de technologies multiservices à haute attractivité ».
Recours à la bourse et aux sociétés de capital investissement pour faciliter l’accès au financement des Start up, le ministre préconise l’élaboration d’une feuille de route pour le financement de ce type d’entreprises en impliquant la bourse et le capital investissement.
Un compartiment dédié aux Star up leur permettrait d’accéder au marché financier à des conditions adaptées.
Sur le plan fiscal, des mécanismes d’exonération fiscale quasi totale seront mis en œuvre au profit des jeunes. Les exonérations prévues dans la loi de finances 2020 seront certainement élargies à d’autres taxes.
Création d’un fonds de financement Intervenant à l’issue de cet exposé, le Président de la République, en soulignant que les jeunes ont besoin de choses concrètes, a ordonné la création d’un Fonds de financement dont le conseil d’administration comprend les ministres concernés.

LIRE AUSSI Ibrahim Boumzar: un ministre du secteur des PTIC

L’idée de création d’une banque dédiée aux Start up a ainsi laissé place à la mise en place d’un fonds jugé, à juste titre, plus adapté au financement de cette catégorie d’entreprises. Il faut espérer, toutefois, que la gestion de ce fonds ne sera pas confiée à des fonctionnaires mais à de jeunes professionnels indépendants de l’administration.

Le plan d’action du ministre pose les premiers jalons d’un écosystème de start up, même s’il reste à approfondir dans la pratique. Certaines questions n’ont pas encore été abordées comme l’accès à la devise pour les Start up ou les conditions d’investissement dans ces entreprises par les non résidents.
Il est étonnant, qu’à ce stade, rien ne soit prévu en ce qui concerne la micro entreprise et la PME, qui méritent au moins autant d’attention que les Start up.
Samir D.