Cinéma: l’Algérie interdit la diffusion de Wonder Woman (actualisé)

Finalement, les algérien ont décidé la déprogrammation du nouveau long-métrage de l’univers DC Comics, Wonder Woman.

Le film américain Wonder Woman, incarnée par l’actrice israélienne Gal Gadot, a été déprogrammé ce dimanche 4 juin d’un festival à Alger, où sa projection prévue avait enflammé les réseaux sociaux et suscité une pétition demandant son annulation.

Les organisateurs ont assuré à l’AFP que la déprogrammation était liée à des problèmes de droits d’exploitation et non à la campagne en cours contre sa diffusion, en raison de la présence à l’affiche de Gal Gadot. L’actrice israélienne avait défendu à l’été 2014 sur Facebook l’offensive meurtrière d’Israël contre la bande de Gaza.

Le film devait être projeté le 8 juin à Alger, mais ce dimanche il n’apparaissait plus dans le programme «modifié» de la 2e édition des Nuits du cinéma organisée à l’occasion du ramadan par la société privée de distribution MD Ciné et l’Établissement public Arts et Culture d’Alger. «Le film sera reprogrammé une fois les contraintes administratives liées aux droits d’exploitation réglées», a assuré à l’AFP Amine Idjer, responsable de la communication de MD Ciné. Il a précisé que «le ministère algérien de la Culture avait donné le visa d’exploitation» et assuré que cette déprogrammation n’avait rien à voir avec la campagne de boycott lancé sur internet. Le ministère de la Culture n’était pas joignable dans l’immédiat.

LIRE AUSSI Une reconversion économique « urgente », priorité du nouveau gouvernement

Une pétition en ligne

Depuis jeudi, une pétition en ligne intitulée «Non! Pas en Algérie» demande l’interdiction du film Wonder Woman, «dont l’actrice principale glorifie l’attaque au phosphore blanc contre Gaza», selon le texte. La pétition estimait en outre «inacceptable» que la date prévue de la projection corresponde «au 50e anniversaire (du début) de l’occupation de Gaza durant la Guerre des Six jours», du 5 au 10 juin 1967.

Le Liban a décidé aujourd’hui l’interdiction de la diffusion, dans ses salles, le film américain Wonder Woman en raison du fait que son actrice star, qui joue la guerrière amazone, est israélienne. Cette décision annoncée par le ministère de l’Intérieur se fonde sur une décision du bureau de boycottage d’Israël, relevant de la Ligue arabe.

Wonder Woman est en revanche programmé dans d’autres pays arabes, dont l’Algérie. Des projections y sont prévues dans le courant du mois de juin.

Réputé pour sa vigilance, Azzedine Mihoubi risque gros avec cette affaire de Wonder Woman.

LIRE AUSSI Une reconversion économique « urgente », priorité du nouveau gouvernement