Chlef: inauguration d’une usine de traitement des déchets industriels spéciaux et dangereux à Oued Sly

La jeune société Green Sky,spécialisée dans la collecte, l’empotage et la préparation, le transport, le prétraitement et la préparation et traitement des déchets spéciaux et spéciaux dangereux, a inauguré, ce jeudi à Oued Sly, son usine dédiée à ces activités.

Cet investissement a été inaugurée par la ministre de l’Environnement et des Energies renouvelables, Fatma Zohra Zerouati , dans la zone industrielle de l’Oued Sly, dans la wilaya de Chlef.

En procédant à l’inauguration de cette structure, d’une capacité de traitement de 6000 tonnes de déchets industriels/an, Mme. Zerrouati s’est félicitée de la réalisation de ce projet  » monté par un groupe de jeunes « , réaffirmant  le soutien de son département ministériel à ce type d’initiatives susceptibles d’aider à la valorisation des déchets et à la préservation de l’environnement.

La ministre a procédé, à l’occasion, au lancement d’une action de recyclage d’une quantité de produits plastiques, avant d’écouter un exposé sur les perspectives d’extension de cette usine, prévoyant le recyclage, à l’avenir, de déchets pétroliers et en bois.

 


LIRE AUSSI ANBT: travaux sur le barrage de Guelma


Selon les explications fournies sur place, par Walid Hanifi, directeur général de ce projet dédié au traitement des déchets industriels spéciaux et dangereux (dont des déchets chimiques , pharmaceutiques, pétroliers et médicaux) , cette usine est considérée comme  » leader national  » dans le domaine de recyclage de ce type de déchets , par l’exploitation de technologies modernes.

Sachant que cette unité prend en charge les déchets industriels issus de sociétés privées et publiques de différentes régions du pays, voire même de zones industrielles.

Le directeur du Centre d’enfouissement technique ( CET), Mahmoud Adlane, a, pour sa part, salué la réalisation de ce projet, qu’il a qualifié de » valeur ajoutée  » pour le secteur local du recyclage des déchets, d’autant plus , a-t-il ajouté, que le » traitement des déchets industriels spéciaux et dangereux requiert des techniques très avancées , pas suffisamment disponibles actuellement « .

A noter que ce projet, lancé en travaux en 2014 et adopté par le ministère en octobre 2017, a été réalisé pour une enveloppe de près de 500 millions de dinars. Sachant qu’il assure près d’une quarantaine d’emplois, avec une prévision à la hausse de ce nombre de postes, à l’avenir.

LIRE AUSSI ENOF: AONI pour une station de sable