Cardif-Cnep: un casse organisé

Cardif

C’est un véritable casse auquel se livre l’assureur  français Cardif  Al Djazair (filiale de BNP Paribas Assurance) à travers l’accord conclu avec la CNEP.

La CNEP a décidé, sans consultation aucune, d’accorder à Cardif un privilège unique dans son genre.

En effet, la Cnep oblige ses client à souscrire à des assurances temporaires aux décès, dans le cadres des crédit octroyés; bafouant le principe de liberté et astreignant  les clients à une vente concomitante  réputée être illégale .

Certains clients se sont élevés contre ce qu’ils considèrent comme des prix exorbitants, dépassant parfois les trente pour cent (30%) par rapport à ce que proposent les autres compagnies d’assurances vie.

Les autorités en charge de veiller sur l’activité n’ont pas pris les doléances des clients aux sérieux, notant au passage que les primes annuelles, surchargés s’étalent  sur de longues durées, aggravant la charge du crédit au bénéfice premier de Cardif.

Revenant à cette entreprise d’assurances dont le capital est dérisoire et dont le réseaux est quasi-inexistant, hormis une agence, loin de faire dans le retails.

Cardif existe à travers un système d’information (logiciel) comme unique outils de vente, sachant que son effective globale ne dépasse pas les 30 personnes, alors que son chiffre d’affaires est transféré intégralement après la cession obligatoire au profit de la CCR, en maintenant localement juste un tout  petit profit pour colorer son bilan .

Voici les investissements gagnant – gagnant concédés, et dont le retour en terme de profit/emplois  reste en deçà de ce qui était escompté.

En terme de chiffres, la masse salariale de Cardif était de 209 millions de dinars en 2018, contre un montant de 184 millions en 2017.

Les primes de Cardif s’élevaient en 2018 à 2,38 milliards de dinars, contre 2,28 milliards réalisées pendant l’exercice précédent.

Le capital social de cardif est maintenu au Smig exigé, soit  1,5 milliards de dinars.

La Caisse Nationale d’Epargne et de Prévoyance (CNEP) et Cardif El Djazaïr (filiale de BNP Paribas Assurance) ont signé, le 25 mars 2008 à Alger, un accord de partenariat de bancassurance qui, devait à terme, déboucher sur une filiale commune aux deux parties co-signatrices. Cet accord portait essentiellement sur la distribution à travers le dense réseau de la CNEP Banque de tous les produits d’assurance vie, d’épargne et de protection dont s’est spécialisée la filiale de Cardif sur le marché algérien.

La Cnep ne perçoit qu’une commission dérisoire par rapport aux prestations fournies sur son réseau.

1 Rétrolien / Ping

  1. Justice: Khaled Drareni placé sous contrôle judiciaire - e-Bourse

Les commentaires sont fermés.