Débat télévisé des candidats: les programmes économiques en coupe-gorge

candidats

Le débat télévisé entre les cinq candidats en lice pour l’élection présidentielle du 12 décembre, plongent du nez dans les manuels économiques, en vue d’être efficaces lors du débat public qui aura lieu le vendredi prochain.

Si les grandes lignes politiques, les harangues publiques et les critiques acérées ont été relativement aisés jusque-là, les questions relatives aux enjeux économiques, le détail d’une économie hors hydrocarbures, la science monétaire ou le redressement des grandes entreprises publiques, sont autant de sujets qui exigent réellement une culture spécialisée et non pas une culture de façade, qui se lézarde dès lors qu’on se hasarde avec un candidat sur des détails pointus.

Donc, cette confrontation publique, hérité de l’Etat-spectacle, tel qu’il se fait et s’organise en Occident, risque d’être périlleux pour les candidats qui se sont habitués aux discours sans profondeur, aux harangues sans consistance et aux déclarations à l’emporte-pièce. Les candidats qui ont eu à gérer des institutions officielles et les vieux routiers auront donc une longueur d’avance sur le reste de candidats. Plus qu’un test politique sérieux, c’est à un véritable coupe-gorge que les candidats doivent s’attendre.

La décision relative à l’organisation de ce débat a été prise par le président de l’ANIE, Mohamed Charfi, en accord de l’ensemble des candidats qui ont accepté d’y participer ; la préparation de ce débat télévisé est en cours, ce qui permettrait aux citoyens de connaitre de plus près les programmes électoraux de chaque candidat et d’observer de plus près le degré de leur maîtrise des sujets qui agitent l’Algérie et les citoyens.

LIRE AUSSI Campagne/J16 : la dernière ligne droite sera décisive

1 Rétrolien / Ping

  1. Automobile : Yousfi enfonce le Conseil d’Investissement - e-Bourse

Les commentaires sont fermés.