CAN 2019: révolution algérienne sur Youtube

CAN

Baromètres d’une société en pleine mutation, les chansons populaires renversent actuellement tous les records d’audimat sur les réseaux sociaux et renseignent sur les tendances d’une société algérienne en plein mutation. Joies, peines, espoirs, difficulté de la vie, complaintes pour les « harragas », dénonciation des prédateurs ou attachement aux « Verts », ces cansons expriment le ressenti au quotidien.

Annonciatrices du hirak qui devait faire trembler la terre Algérie à partir du 22 février et faire chuter brutalement la « Planète Bouteflika », les chansons populaires, d’abord confinés dans les stades, ont largement débordé des gradins pour investir les réseaux sociaux, les rues et les milieux estudiantins, passant du social au politique, puis du politique au football, et à la joie de chanter les victoires de l’équipe nationale.

Ainsi, depuis le début de l’année, alors que la vie politique affichait un statuquo, les stades frémissaient. Plusieurs thèmes ont été tour à tour privilégiés : d’abord, la malvie d’une jeunesse urbaine désabusée, mais nationaliste et qui croit en des lendemains qui chantent ; ensuite, la mise à l’index d’un pouvoir déliquescent et tueur d’espoirs ; enfin, à la veille de la Can 2019, les chansons qui, pendant un mois, ont fait de l’Algérie, une « Planète foot ».

La première thématique a atteint son summum avec la chanson « min ajlika ya watani », du poète biskri Omar al Barnaoui, et a culminé avec 36 135 243  millions de vues sur Youtube. La seconde a atteint avec « la Casa d’El Mouradia », une chanson qui dénonçait le système Bouteflika et lacérait l’option du 5e mandat, un pic d’audimat exceptionnel avec 6 739 053 vues en seulement trois mois. Toutefois le record absolu demeure détenu par la chanson « Liberté » du rappeur Soolking,

Après « Milano » (175 631 806 vues), « Guérilla » (222 066 329 vues) et « Dalida » (190 334 820 vues), Soolking  sort le clip « La Liberté », une réadaptation d’une chanson « Ultima verba » du groupe de supporters Ouled El Bahdja de l’USM Alger. La chanson tombe à pic et est reprise en chœur par des milliers de manifestants en plein hirak. Sur son compteur Youtube, la chanson « La Liberté » renverse tous les records, avec 130 811 501 vues (vous avez bien lu cent trente millions). Du jamais vu !

La chute de la « issaba » et le départ d’une grande partie du « clan », revendication populaire réclamée depuis le début du hirak, ainsi que l’opération « mains propres » initiée par la Justice, ont abouti à la mise aux arrêts des figures liées à la corruption, dans un regroupement, au  niveau de la prison d’El Harrach, unique dans les annales de l’Algérie. Cela a donné lieu à une effusion d’allégresse et de joie dans la population. On pouvait dès lors chanter et s’égosiller pour l’équipe nationale, d’autant plus que la Can 2019 était tombée à pic.  Après Sellal, Ouyahia, Ould Abbas, Ghoul, Haddad et Kouninef, place à Mahrez, Bennacer, Bensabïni, Attal, M’bolhi et Mendi !

Les chansons qui ont accompagné le parcours sans faute des « Verts » ont donné lieu, de nouveau, à des records d’audimat pour la chanson populaire. Mouh Milano Ft Zanga Crazy font le buzz rapidement avec la chanson « Mama Africa », et portent le compteur à 17 945 156 vues en un mois uniquement. La chanson « Tiki Taka », de Tarek de Koléa, enregistre 9 401 616 vues en un mois. Mazi chante « Yaatikoum Essaha » alors que la Can 2019 bat sn plein et décroche 5 892 520 vues au compteur en quelques jours. Fayçal Sghir Ft. Djalil Palermo initient la chanson « Zyada fina yal khadra » qui récolte en deux semaines seulement 4 704 943 vues.

Après avoir été mise au placard, la chanson « Chey kbir ya omri », de Bilal Milano, sortie en 2017, trouve avec la Can 2019 un second souffle et un espace propice, se hissant sur le podium des chansons les plus populaires de l’été et fait monter ses points à 5 283 567 vues. Plus audacieux, Cheb Sofiane Asla demande à l’entraineur de ramener tout simplement la coupe d’Afrique en Algérie, rien que ça ; la chanson « la Coupe D’Afrique Wella Makanch » pointe le curseur à 3 313 882 vues en moins de quinze jours et se classe parmi le « top 10 » des chansons de stades les plus populaires de l’été 2019.

Baromètre d’une jeunesse désabusée, puis attentive aux mutations qui s’opèrent subrepticement au sein de la société, puis souriante et optimiste, la chanson populaire demeure un indice de taille, un indicateur de gestion pour politiciens et sociologues.

Les frémissements populaires ont été aussi, les premières, annonciateurs de changements politiques. D’abord confinées dans les stades, avec des textes mûrement peaufinés et des musiques savamment répétées, ces chansons, en l’absence d’une société politique efficiente et d’une société civile pesante, demeurent l’indicateur le plus sérieux de la société algérienne de 2019…

LIRE AUSSI Agriculture: élaboration d’une feuille de route