Campagne électorale/J15 : avec les compliments du peuple

election

Pour les candidats, qui dépensent leurs dernières cartouches, puisqu’on est en plein, alors autant y aller au fond des choses. Pour Tebboune, qui a fait pratiquement un sans-faute remarquable, « il est temps que le Grand Sud algérien retrouve la place qui lui sied dans le pays. Alors il a solennellement promis, concernant la formation et le recrutement pour les secteurs pétrolier et gazier, de déplacer les centres spécialisés du nord vers le sud. Logique.

En déplacement à Ouargla, Tebboune a affiché sa préférence pour ce « sud si riche, si prometteur, mais si abandonné » par les autorités, ce sud qu’il connait bien, puisque il y a passé des années de sa vie. Tebboune s’est engagé, s’il était élu président de la République, d’y remédier, « en plaçant les jeunes dans des emplois rentables et stables, en boostant l’agriculture si prometteuse de la région et en donnant les moyens pour des constructions rurales dignes pour tous ».

Azzeddine Mihoubi, qui s’exprimait de Mascara, a eu ce mot simple et prometteur pour les « hirakiens » : « Le hirak a été pacifique et civilisé, et on doit répondre à ses soucis. Beaucoup de revendications du peuple ont été satisfaites, l’autre partie le sera également après la présidentielle ».

Lacérant au passage l’ingérence impromptue du Parlement européen, « largement rejetée par le peuple algérien », Mihoubi a encouragé la ville de Mascara, qui est une ville à vocation éminemment agricole, « à contribuer à l’effort national de booster encore plus ce secteur afin de tirer l’économie nationale vers le haut ».

Bengrina, toujours « à la Trinita », tire sur tout ce qui bouge, à l’emporte- pièce : « J’ouvrirais tous les dossiers de corruption, de 1990 à ce jour, et nous ferons le décompte ensemble ! ». Et aussi, « si j’arrive au Palais d’El Mouradia, je vous promets de combattre les corrompus jusqu’au dernier d’entre eux ».

En attendant, il livre encore une de ses dernières cartes, sous forme de révélation : « La « bande » au pouvoir a voulu céder un port d’une valeur de 7 milliards usd au dinar symbolique pour les copains ! »

Ali Benflis, de Mila, a fait des promesses aux veuves et aux enfants de chouhada, qui représentent une partie de l’histoire de l’Algérie, s’engageant à remédier à leurs soucis sociaux.

Concernant l’Education, qui exige des réformes urgentes, Benflis s’est également engagé à y remédier, « en y introduisant les mesures les plus efficaces pour se faire, mais en marquant les limites à ne pas dépasser, et qui sont constituées par les constantes nationales ».

Le candidat Belaid Abdelaziz, qui avait donné une place de choix avant-hier à Batna, a avertir sur les dangers de la situation actuelle pour que « le peuple algérien soit conscient de la gravité de la conjoncture » que traverse le pays et « ne laisser personne décider à sa place de son destin », continue à maintenir le vo haut et à mettre en garde contre les lobbys anti-nationaux à qui il ne plait pas que l’Algérie se remette sur rails dès le 12 décembre.

LIRE AUSSI Algérie Télécom: nouvelle tarification internet ADSL & Fibre

1 Rétrolien / Ping

  1. Azzedine Mihoubi: réhabiliter des sites archéologiques - e-Bourse

Les commentaires sont fermés.