Boumerdes : l’Aïd célébré dans une atmosphère lourde

boumerdes
Par Wahab.

 Jamais de mémoire de musulmans et pas que, la célébration de la fête de l’Aïd El Fitr ne s’est déroulée dans une atmosphère aussi lourde et particulière relèvent les citoyens de Boumerdes et plus particulièrement ceux de Bordj Menaiel l’une des plus grandes agglomérations de la wilaya  35 , conséquence  des mesures de confinement préventif de la propagation du coronavirus décidées par les pouvoirs publics pour ces deux jours de fête à travers le territoire national.

La fête célébrant la fin du Ramadhan jadis très bruyante rencontre familiale par excellence l’Aid  a été célébrée ce dimanche et Lundi dans un calme dénaturant la fête de son aspect conviviale, de rencontre et d’échange à la sortie des mosquées et des regroupements au niveau des quartiers et par ricochet rencontre des familles .Les réseaux sociaux tant décriés ces dernières années du fait que les gens se contentaient de SMS en boucle ont  , ironie du temps étaient t l’unique outil d’échange de vœux le plus conseillés par ces détracteurs et le plus utilisé par des millions d’Algériens et des milliards de musulmans au quatre coins de la planète . Aux alentours d’un café du centre ville, où les gobelets passent de main en main sous le rideaux Karim la cinquantaine regrette cette atmosphère qui a dénaturé la fête tout en approuvant les décisions de confinement et l’application stricte des gestes barrières

« L’Algérien est habitué aux rituels des visites, de convivialité, de joie et de partage qui règne durant l’Aïd et on ne peut ne pas ressentir ce manque induit par cette pandémie et les mesures de confinement préventif qui vont avec »

«  Avec le durcissement des mesures de confinement pour ces deux journées est  l’interdiction de la circulation automobile ma mère âgée ne peut pas comme à l’accoutumée se déplacer au cimetière qui se trouve à la sortie de la ville » rejoindre sa maison dés 13h  a par ailleurs accentué la morosité de l’ambiance.

LIRE AUSSI Boumerdes : 54 guérisons enregistrés du Covid-19

Autre fait inhabituel pour toute cette génération c’est l’accomplissement de la prière de l’Aid à la maison .Djamel raconte cette matinée spéciale du premier jour « Après un réveil difficile  aux environs de 6h30′ du fait que tout le monde avait veillé, je devenais l’imam de circonstance pour ma petite famille ,tout cela est aller tres vite à 7h30′ c’était fini » ajoutant « habituellement je ne rejoignait mon domicile que vers 8h30′ et plus après les vœux et rencontres en cours de route »

Autre fait alourdissant l’atmosphère l’absence des enfants dans la rue ces derniers bruyants et munis de leur habillement de fête ont été privés de sortie et de joie durant cette fête qui est aussi la leur.

Dans chaque quartier seul les grands sont dehors ce n’est pas la joie des grands jours, mais, les gens sortent quand même, avant les premières sirènes des policiers annonçant le 13h et l’entrée en vigueur du confinement jusqu’à demain 7h.