Billet: la théorie du chaos

théorie du chaos

Dans les théories économiques, celle du chaos ou le déterminisme qui attire le plus notre attention; au vu des schémas aléatoires générées par une dynamique , réduisant la possibilité d’anticiper et de tracer des tendances claires sur le devenir de notre pays.
La complexité est guidés par de multiples factures, créant ainsi un mouvement qui semble désordonnée pour les gouvernants, et les décisions prises créent une dynamiques qui participe à accentuer le chaos, rendant toute interprétation complexe à anticiper .
Ainsi les conditions initiales modifiées, nous devons évaluer leurs trajectoires nouvelles telles que les aiguilles d’une montres.
La partie manquante dans cette équation est une autre dynamique que nous appelons marché noir, mais qui interagit avec l’économie réelle, qui dans des sous ordres cachés, crée une image de désordre apparent.
L’examen minutieux du désordre indique que les décisions économiques sont liées à des donnés et des statistiques qui excluent les autres sphères. Et de-là, les éléments de l’équation de régulation économiques sont biaisée .
Il paraît judicieux d’examiner les éléments qui influent sur la dynamique économique et de les intégrer dans les paramètres d’évaluation des décisions préalablement, car la science par son exactitudes ne prend pas en considération les états d’âmes et les visions tronquées.
Ce sujet va permettre à des économies fortes de se renfoncer encore, car les donnés et les impacts sont évalués en fonction de paramètres économiques réels et elles sortiront renforcés des crises qui secouent le monde.

L’Algérie a grand besoin d’une grande franchise pour admette que le pays vit avec deux économies dissociés, mais tellement imbriquées que toutes les décisions prises vont participer à pervertir encore plus la dynamique existante.

LIRE AUSSI Procès de l’automobile : La Cour d’Alger rend son verdict

1 Rétrolien / Ping

  1. ONIL: une plateforme numérique pour l’approvisionnement en lait - e-Bourse

Les commentaires sont fermés.