Bengrina: plusieurs éléments positifs dans la mouture

bengrina

Le président du mouvement El-Bina, Abdelkader Bengrina a affirmé vendredi que la mouture de l’avant-projet de révision de la Constitution comprenait « plusieurs éléments positifs », saluant sa soumission au débat.

Dans un post sur sa page Facebook, M. Bengrina a écrit que la mouture de l’avant-projet de la Constitution renfermait « plusieurs éléments positifs », saluant sa soumission au débat en cette conjoncture, avant d’appeler à « son enrichissement jusqu’à aboutir à une Constitution véritable et stable ».

« Il est inconcevable que la vie s’arrête et que l’accomplissement de l’Etat soit limité à la pandémie du coronavirus », a-t-il ajouté.

Insistant sur l’impératif de « satisfaire rapidement les revendications du Hirak, à travers l’édification des institutions de la nouvelle Algérie avec de nouveaux textes, de nouveaux mécanismes et une nouvelle base de gouvernance », M. Bengrina a tenu à préciser que le document distribué par la Présidence de la République est « une mouture et non une Constitution ».

Aussi, a-t-il appelé tous les Algériens « partis, personnalités et société civile à s’éloigner du négativisme et à adhérer à son enrichissement pour aboutir à une Constitution véritable et stable, à même de répondre aux exigences du présent et de l’avenir ».

Formulant des observations sur le préambule de l’avant projet de révision constitutionnelle, le président du mouvement El Binaa a estimé que les prérogatives accordées au Président dans le document exigeaient davantage de précision.

M.Bengrina a mis en avant le caractère exhaustif du document incluant « nombre de droits qui n’existaient pas auparavant », s’interrogeant, dans ce sens, sur l’importance de la libération des « libertés publiques en les faisant obéir uniquement à la loi ».

« Le document a accordé des lois spécifiques à certaines communes exigeant une explication et abordé la liberté de croyance avec audace », a-t-il ajouté.

Il a indiqué, enfin, que les dirigeants du mouvement devront se réunir sur les plans local et central et élargir les consultations sur le plus grand nombre d’algériens et d’experts afin de publier la position officielle relative à l’avant projet de la révision de la Constitution avant de le dévoiler à l’opinion publique et le soumettre, justifié, à la Présidence de la République.