Benflis: « rupture avec l’ancien régime »

benflis
Le président de Talai El Houriat, Ali Benflis a présenté dimanche son programme électoral pour l’élection présidentielle du 12 décembre. Un programme dans lequel il prétend planifier des réformes politiques, économiques et sociales.
Ce mandat doit, selon Benflis, répondre aux « revendications légitimes et aux espoirs de la révolution du 22 février et les réaliser sans exception ». Benflis compte également dans le cas où il serait élu, mettre en place « une solution intermédiaire et équilibrée englobant assemblée présidentielle et constituante ».
L’objectif est de « créer une rupture avec l’ancien régime politique corrompu et destructeur du pays et d’instaurer l’état de droit », a-t-il ajouté lors de la présentation qu’il avait faite devant le chapiteau de l’hôtel Hilton à Alger.
Le troisième objectif du mandat d’urgence est de « redonner vie à des institutions légitimes et représentatives, capables de réaliser un véritable changement général que la population exige et dont le pays a besoin ».
Selon le candidat à la présidence, « les défis du pays ne peuvent pas être résolus sans résoudre la source des problèmes qu’est la crise politique ». « Ceux qui croient que la résolution de la crise politique mettra fin à toutes les crises est une erreur », a-t-il expliqué.
En cas où réussirait se faire élir, Benflis envisage d’organiser une réunion consultative avec les différents partis politiques et la société civile. Une consultation qui aura lieu chaque fois qu’il y a urgence.
La deuxième mesure est la mise en place d’un gouvernement d’ouverture politique qui contiendra les forces politiques qui adhéreront à ses propositions, ainsi que la société civile et « les cadres et les compétences du pays ». Ce gouvernement aura pour tâche d’ouvrir des ateliers politiques pour mener le changement.