Béjaia: le thermalisme en temps de froid

source en plein air
source en plein air

Par Boualem Ait Saïd

La station thermale Acif El Hammam, dans la commune d’Adekar, est fréquentée quotidiennement par des centaines de visiteurs. Le bain principal situé en plein centre-ville  ainsi que le bain secondaire appelé  Thahamamt situé en haut de la ville, au flanc d’une montagne, sont régulièrement envahis  par des nuées de femmes, d’enfants et d’hommes  de tout âge, venus de plusieurs régions du pays. Petite curiosité en ces temps de basses températures, même la mare d’eau chaude naturelle située en plein air, jouxtant la source thermale Thahamamt , elle aussi ne désemplit pas. Sous des émanations de soufre, des hommes âgés s y barbotent gaîment,  malgré les morsures du froid. « Jamais, je ne ferai une chose pareil, même sur avis d’un médecin » nous déclare un quadragénaire  trouvé sur les lieux lors de notre visite.

D’une petite étendue, peu profonde et  constituée de terre argileuse, avec prédominance du  Kaolin, cette mare où se trouve également à proximité  une source d’eau chaude qui coule sans interruption, est  créditée  par les thermalistes de diverses vertus. Ses eaux seraient régénératrices, efficaces contre les rhumatismes, les acnés, la névralgie sciatique, et autres douleurs articulaires et musculaires.

Si elle a ses adeptes qui la considèrent comme bienfaitrice, cette pratique de prendre un bain chaud en plein air en temps de  froid, est jugée  cependant par bon nombre de personnes  comme contraire aux bons usages sanitaires. Hormis le fait, qu’elle est visible à tous  et que ceux  qui passent par  les lieux peuvent voir les thermalistes dans leur tenue de bain, on n’a jamais signalé des cas qui auraient pu  subir les contrecoups de ses cures thermales. Au contraire, les témoignages de  quelques thermalistes assidus à ces bains sont plutôt favorables et plaident pour la prise de ses douches « chaudes froides ».

LIRE AUSSI Kits SKD-CKD/Industrie électronique : vrais problèmes et fausses solutions