Bouchouareb renié: vers l’annulation de projets de zones industrielles

Mahdjoub Bedda fait le point sur l’état des zones industrielles et s’attaque frontalement à la politique de son prédécesseur, Abdeslam Bouchouareb.

La réduction de nombre des zones industrielles et de l’enveloppe financière figurent parmi les propositions formulées par la commission chargée de l’examen de dossier relatif à cette catégorie de zones, a indiqué mardi à Alger le ministre de l’Industrie  et des mines, Mahdjoub Bedda.

« Une étude de terrain, menée par le ministère de l’Industrie en collaboration avec le ministère de l’Intérieur sur les 39 zones industrielles créées, a fait ressortir que les zones industrielles ne doivent pas être créées partout », a avancé le ministre dans un point de presse à l’issue d’une rencontre sur les PME. Il a également été constaté que plusieurs zones industrielles restaient inexploitées, a-t-il observé.

En conséquence, a-t-il avancé, il sera procédé à une réduction non seulement du nombre des zones industrielles mais aussi de l’enveloppe financière consacrée à ces zones, précisant qu’une partie de cette enveloppe sera orientée vers d’autres activités.

LIRE AUSSI: Exclusif: 127 milliards de dinars gaspillés dans les parcs industriels

Dans ce cadre, il a souligné qu’un Conseil interministériel sur les zones industrielles se tiendrait demain mercredi.  Pour rappel, lors d’un Conseil interministériel tenu il y a quelques jours sur les résultats d’une évaluation de la situation de ces zones, il a été relevé l’existence de 11.600 hectares de réserves foncières destinées à l’investissement en situation de non exploitation, dont 13.977 parcelles couvrant une superficie de 5.530 ha non attribuées se composant de 2.773 ha au niveau des zones industrielles et de 2.757 ha au niveau des zones d’activités.

Cette évaluation a également fait ressortir l’existence de 15.140 parcelles destinées à l’investissement, attribuées mais non exploitées, couvrant une superficie de 6.132 ha réparties entre 3.183 ha de zones industrielles et 2.949 ha de zones d’activités.

Au terme de ce Conseil interministériel, M. Tebboune avait décidé de la création d’une commission chargée d’élaborer un rapport détaillé sur la faisabilité ou non des zones industrielles nouvelles proposées par le ministre de l’Industrie et des mines, et de préparer également les projets de textes nécessaires à la bonne utilisation et gestion du foncier  disponible.

LIRE AUSSI CMA CGM: une nouvelle ligne entre les pays de la mer Noire et le Maghreb