BDL, BNA, CNEP: les crédits indûment accordés font chuter les P-dg

cnep

Les derniers changements de directeurs généraux au niveau des banques publiques ont renseigné sur la proximité entre eux et les hommes d’affaires impliqués dans des faits de corruption et que la Justice a mis sous enquête.

Plusieurs directeurs, en effet, ont fait les frais de cette proximité suspecte entre les gestionnaires de l’argent public et les hommes d’affaires ; de ce fait, les décisions prises par le chef de l’Etat, Abdelkader Bensalah, à propos de ces banques publiques, obéissent à cette logique.

Ainsi, Houari Rehali a été désigné directeur général de la Banque nationale d’Algérie (BNA) à la place de Aboud Achour, placé en détention provisoire depuis le 20 juin à la prison d’El Harrach. Des sources proches des dossiers affirment que l’ex président de l’association professionnelle des banques et établissements financiers serait épinglé pour avoir accordé d’importants crédits bancaires à des hommes d’affaires, cités dans des affaires de corruption.

L’autre changement a touché la Banque de développement Local (BDL), avec la nomination de Rachid Belaid à la tête de cet établissement financier en remplacement à Mohamed Krim, qui, en plus d’une gestion calamiteuse de la BDL, gravitait autour de la « Planète Bouteflika ».

La Justice avait interrogé récemment Rachid Belaid en tant que Directeur-général adjoint de la CNEP, chargé des crédits immobiliers, dans une affaire de promotion immobilière, ainsi que sur l’octroi d’un crédit de 570 milliards de centimes à Oran.

LIRE AUSSI Urgent: Soolking se produira au stade 5 juillet

 

1 Rétrolien / Ping

  1. Djezzy vs Ooredoo: la guerre des chiffres - e-Bourse d'Algérie

Les commentaires sont fermés.