Banque Mondiale: promotion attendue de l’algérien Benhassine

Najy Benhassine

Diplômé de l’Institut fédéral suisse de technologie, l’Ecole supérieure de gestion de Paris, l’Ecole d’économie de Paris et titulaire d’un doctorat en économie du MIT, l’algérien Najy Benhassine est en passe d’occuper un poste important au niveau de la Banque Mondiale. On parle de sa nomination imminente à la tête du Bureau au Pakistan de la BM.

Najy Benhassine est, depuis des années, directeur régional pour la croissance équitable, les finances et les institutions (EFI) pour la région du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord au sein du Groupe de la Banque mondiale. Auparavant, il était directeur de la pratique mondiale Finance, Compétitivité et Innovation (FCI), où il était responsable de l’équipe régionale MENA de la pratique FCI ainsi que des équipes mondiales, en charge des entreprises, de l’entrepreneuriat et de l’innovation et les agendas Marchés & Technologie.

Avant son mandat en tant que directeur de FCI GP, Benhassine a travaillé en tant que directeur de pratique au sein de Trade & Competitiveness Global Practice du Groupe de la Banque mondiale.

Auparavant, M. Benhassine était basé à Rabat, au Maroc, entre 2007 et 2011où il était en charge du portefeuille de développement du secteur privé du Maghreb pour la Banque mondiale. Il a également travaillé sur la croissance économique, l’éducation, la protection sociale, le secteur informel et la réforme agraire.

Benhassine a rejoint le Groupe de la Banque mondiale à Washington DC en 2001, après avoir travaillé avec McKinsey and Co et enseigné à l’Institut suisse des hautes études internationales et du développement à Genève.

Benhassine est le co-auteur de la publication phare de la Banque mondiale de 2009 sur le secteur privé dans la région MENA, « Du privilège à la concurrence: libérer la croissance tirée par le privé au Moyen-Orient et en Afrique du Nord ».

Issu d’une famille originaire de Khenguet Sidi Nadji, Najy Benhassine a fait ses études au lycée technique Ruisseau, à l’époque où le Proviseur Maizi pourvoyait les universités algériennes de super génies, dans toutes les spécialités.

Najy Benhassine est le fils de Mostefa, l’un des fondateurs, avec le professeur Abdelmadjid Bouguermouh, de l’Institut Pasteur d’Alger.

Condamné dans les coffres de l’oubli, Benhassine  n’a jamais eu l’occasion de servir son pays.