Autoroute est-ouest : le coût se rallonge indéfiniment

De 7 à 9 milliards de dollars prévus initialement pour la finalisation de l’autoroute est-ouest, le coût a été arrêté, fin 2015, à 14 milliards de dollars, et ce n’est pas fini. Dernière rallonge en date, une enveloppe de l’ordre de 50 milliards DA consacrée à l’entretien des routes tous types confondus à partir de l’année 2020.

Même si le ministre des Travaux publics et des Transports ne détaille pas sur les routes concernées, on devine que c’est surtout l’autoroute qui est principalement ciblée par l’entretien, certains tronçons présentant des périls immédiats pour les usagers.

Les sous-traitants qui se sont engagés à finaliser certains tronçons n’ont pas fait l’effort de bien terminer leur travail, et sitôt les factures empochées, aux premières pluies, le délabrement était visible à l’œil nu, avec du bitume qui se détache, des nids-de-poule qui se creusent et des glissements de terrain qui obstruent les routes.

La corruption entachant l’autoroute est-ouest a été à l’origine de son état de délabrement avancé, et les travaux de réfection ne cessent d’élever le coût définitif de ce projet qui a fait couler beaucoup d’encre.

Pourtant, des travaux de réfection ont été déjà opérés sur plusieurs tronçons de cette autoroute par qui le scandale est arrivé.  Le tronçon Lakhdaria-Bouira par exemple, a nécessité plusieurs réfections. Mais à chaque fois le délabrement était de retour pour dénoncer ses promoteurs. Un ultime projet de réfection dudit tronçon a été attribué en gré à gré à deux entreprises Altro et ETRHB-Haddad pour un coût de 7 milliards de dinars, qui se sont élevés par la suite à 10 milliards de dinars, après avoir constaté qu’il y avait nécessité d’initier d’autres travaux pour empêcher le glissement de terrain dans la région de Djebahia.

Au niveau du ministère des Travaux publics et des Transports, on estime qu’une fois tous les travaux achevés, la gestion de l’autoroute Est-ouest sera conviée à l’Agence de développement des autoroutes qui prendra en charge le dossier du système du péage. Ces centres de péage, en cours de réalisation, seront livrés à partir de fin 2019.

LIRE AUSSI Emploi: les nouvelles tendances du monde du travail