Automobile: des chinois souhaitent investir en Algérie

Plusieurs entreprises chinoises activant dans divers secteurs notamment l’industrie automobile et des technologies de l’information et de la communication, ont exprimé leurs souhaits d’investir en Algérie, a déclaré samedi à Pékin l’ambassadeur d’Algérie en Chine, Ahcène Boukhelfa.

« De nombreuses entreprises chinoises activant dans divers domaines économiques ont exprimé l’intérêt d’investir en Algérie à travers des projets de réalisation de capacités de production notamment dans l’industrie automobile, la fabrication de véhicules légers et lourd ainsi que des bus », a indiqué M. Boukhelfa à une délégation de la presse nationale en visite en Chine dans le cadre d’un accord de partenariat entre Algérie Télécom et l’entreprise chinoise spécialisée dans les télécom Huawei.

Le diplomate algérien a relevé, dans ce contexte, que  plus de 1.000 entreprises chinoises sont déjà installées en Algérie.

« Nous voulons que cette présence chinoise en Algérie soit encore plus importante à travers des investissements directs et la participation dans des projets gouvernementaux mais aussi dans des projets utiles à l’économie  nationale par l’installation de capacités de production », a-t-il ajouté.

LIRE AUSSI Salon des Travaux publics: plus de 300 exposants

Il a expliqué, dans ce sens, que de nombreuses entreprises chinoises veulent investir en Algérie, qui offre, a-t-il dit, des  avantages « assez importants » tels qu’une main d’oeuvre qualifiée, des salaires avantageux pour l’employeur, une énergie bon marché ainsi qu’une proximité des marchés africains et européens .

Boukhelfa a noté, par ailleurs, une « forte présence » de Chinois en Algérie, indiquant que  55.000 visas d’entrée en Algérie  ont été délivrés en 2016 à des travailleurs et cadres chinois.

Il a annoncé, par ailleurs, la tenue en 2018 de la foire internationale de l’importation à Shanghai (Chine), appelant les entreprises algériennes à venir en Chine afin de saisir l’opportunité de tisser des liens avec d’autres entreprises chinoises.

Sur un autre plan, il a relevé que la présence de la communauté nationale établie en Chine « est modeste ».

LIRE AUSSI SDC: un déficit de 48 milliards DA prévu en 2017

Environ 800 Algériens sont enregistrés sur les registres consulaires, 560 sur les registres électoraux et la majorité d’entre eux sont des étudiants et des hommes d’affaires qui viennent en Chine pour de courtes périodes,  soulignant que moins de 300 Algériens sont établis en Chine pour de longues durées ou de façon définitive.

Le diplomate a annoncé, en outre, la célébration en 2018 du 60e anniversaire de l’établissement des relations diplomatiques entre l’Algérie et la Chine qui sera marqué « d’une manière assez solennelle à travers la tenue de diverses manifestations à caractère politique, économique et culturel », a-t-il expliqué.

Il a qualifié, par ailleurs, les relations sino-algériennes « d’historique », remontant à 1958, soit 4 ans avant l’indépendance nationale.

LIRE AUSSI Thon: le quota de l’Algérie porté à 1.306 tonnes