Aquaculture: le grand boom au Sud-est du pays

Aquaculture

Les résultats jugés encourageants obtenus ces dernières années par la filière aquacole dans le Sud-est du pays ont incité les investisseurs à s’orienter de plus en plus vers cette région pour la concrétisation de leurs projets, a-t-on appris mardi de la direction de la pêche et des ressources halieutiques (DPRH) d’Ouargla.

Coiffant les wilayas d’Ouargla, El-Oued, Ghardaïa, Illizi, Biskra et Tamanrasset, cette direction enregistre un bond qualitatif en matière de développement des activités aquacoles, avec la réception durant les trois dernières années de 60 dossiers de projets aquacoles.


LIRE AUSSI Céramique: les importations algériennes font respirer les espagnols


Parmi ces dossiers, qui font l’objet d’études, 22 ont été avancés par des promoteurs de la wilaya de Biskra pour le montage d’entités de développement de la pisciculture, de la crevette d’eau douce et d’algues telles que la Spiruline, sachant que 17 demandes ont obtenu l’aval pour l’attribution d’assiettes foncières, a signalé le DPRH d’Ouargla.

Nadir Korichi a relevé, à ce titre, que 23 dossiers d’investissement dans l’aquaculture ont été déposés par des investisseurs et agriculteurs de la wilaya d’El-Oued et font l’objet d’examen, en attendant la délimitation de zones d’activités aquacoles, en plus de deux dossiers d’investissement déposés dans la wilaya d’Ouargla.

Avaliser une dizaine de projets du type par wilaya, parmi les dossiers déposés, permettra d’atteindre les objectifs assignés au titre de la stratégie du secteur et de promouvoir les activités aquacoles à moyen et long termes, a-t-il estimé.


LIRE AUSSI Comex: recul du déficit, la facture alimentaire toujours en hausse


Plusieurs campagnes de sensibilisation sur l’intérêt du développement de l’aquaculture ont été menées en direction des agriculteurs et des investisseurs pour leur apporter un éclairage sur ce créneau porteur et son rôle dans la dynamisation du développement local et la diversification de l’économie nationale hors hydrocarbures, selon M. Korichi.

Il s’agit notamment de la mise sur pied de salons de wilayas, régionaux et nationaux afin de vulgariser la stratégie du secteur, les perspectives tracées par les instances compétentes et les mécanismes et moyens mobilisés pour l’encouragement de l‘investisseur.

Les sessions de formation de courte durée tenues au niveau des six wilayas du Sud ont eu un grand impact sur la promotion des capacités du secteur, l’encouragement des agriculteurs à intégrer l’aquaculture dans les activités agricoles et la mise à niveau des parties en relation avec ce segment.

Ces sessions ont profité annuellement et dans chaque wilaya à un nombre allant de 60 à 250 agriculteurs qui se sont par la suite lancés dans la réalisation de leurs activités.

 Aller vers la formation et les grands investissements

Le développement atteint par ce secteur au niveau des régions du Sud-est du pays a permis de franchir un nouveau pas et de dépasser la phase expérimentale pour aller vers la formation et les réalisation de grands investissements, dont l’levage de poissons d’eau douce et de la crevette et le développement des algues, dont la spiruline, a souligné le DPRH d’Ouargla.

Ces résultats, dont certains ont donné une production de 300 tonnes/an de poissons, ouvrent de larges espoirs pour les futurs investisseurs pour développer ce créneau, renforcer la production, monter d’autres projets et générer des emplois.


LIRE AUSSI ENIE: des terminaux d’e-paiement en juin


Selon Nadir Korichi, le programme du secteur table sur le passage de la phase expérimentale à celles de la formation, de la production et de la commercialisation du produit par le biais de mécanismes susceptibles de faciliter l’écoulement des productions de poissons, des crustacés et des algues auprès du consommateur qui demeure en quête d’ancrage de la culture de consommation de poissons.

Une production de 700 kg de crevettes à pattes blanches avait été réalisée l’année dernière au niveau de la ferme aquacole de Hassi-Benabdallah (20 km Nord d’Ouargla), a rappelé M. Korichi.

Cette quantité de crevette a été exploitée dans la vulgarisation agricole auprès des agriculteurs de al région, en attendant de trouver des mécanismes appropriés à même de faciliter l’opération de commercialisation.

LIRE AUSSI Agriculture: les chiffres des 3 dernières années