APN: vers l’élection de Mohamed Djemaï à la présidence

L’Assemblée nationale sera très sollicitée dans les jours qui viennent. Et pour cause : son rôle de pouvoir législatif trouve sa pleine mesure dans cette période cruciale que traverse l’Algérie et marquée par la nécessité d’aller, et vite, vers l’élection d’un président de la République.

La démission de Mouad Bouchareb, réclamée par le hirak depuis de longs mois, laisse vacante la présidente de l’APN, une vacance d’autant plus préjudiciable au pays qu’elle intervient à quelques jours de la fin du mandat constitutionnel du président de l’Etat, Abdelkader Bensalah. Le Conseil constitutionnel a déjà indiqué que le chef d’État par intérim, Abdelkader Bensalah resterait à son poste jusqu’à l’élection d’un Président et la prestation du serment constitutionnel du prochain président, mais cette période de rallonge est à dépasser dans les délais les plus courts qui soient afin de revenir à la légalité politique et constitutionnelle.

La position de fait de Djemaï pour prendre les destinées de l’Assemblée nationale puise ses motifs dans plusieurs facteurs. D’abord, l’Assemblée, qui fonctionne au ralenti depuis quatre mois, ne peut rester plus de quinze jours sans président ; ensuite,  l’APN va être de plus en plus sollicité les prochains jours eu égard à l’échéance présidentielle qui pointe ; il y a aussi le facteur FLN qui joue en sa faveur, étant donné qu’il est le parti majoritaire et qu’il lui revient de plein droit d’avoir un président issu de ses rangs ; enfin, il n’est pas logique d’élire un autre député FLN président de l’Assemblée, et qui serait inférieur à son président de parti en rang et en statut. Ces quatre motifs réunis plaident en sa faveur.

L’élection d’un nouveau président de l’APN tracera avec plus de rigueur le chemin qui reste à parcourir pour aller dans les meilleures conditions et dans les délais les plus courts, vers une élection présidentielle qui fera éviter au pays d’entrer dans une zone de non droit et de non légalité constitutionnelle. Le poste du Président de l’Assemblée populaire nationale a été officiellement déclaré vacant après la démission, mardi dernier, de Mouad Bouchareb.

LIRE AUSSI Explosion d’Arzew: la responsabilité directe de Ould Kaddour et Hachichi

1 Rétrolien / Ping

  1. Tourisme: une Issaba s'est accaparée du ministère - e-Bourse d'Algérie

Les commentaires sont fermés.