APM: cap sur l’intelligence artificielle

Le 29 septembre 2020, l’Assemblée parlementaire de la Méditerranée (APM) a été invitée par l’Observatoire TuttiMedia à participer au webinaire sur l’intelligence artificielle et la transformation numérique, organisé sous les auspices de l’APM. L’ambassadeur Sergio Piazzi, Secrétaire général de l’APM, a représenté l’Assemblée lors du webinaire.

TuttiMedia est une association culturelle composée d’entreprises d’édition et de communication, créée dans le but de diffuser et de maintenir le rôle de la culture à l’ère de la transformation numérique.

L’objectif du webinaire était de débattre de la fonction et des impacts de l’intelligence artificielle dans les domaines de l’éthique, de l’information, de la publicité, ainsi que sur le journalisme et dans le secteur de l’édition.

Dans la première partie de l’événement, les débats se sont concentrés sur la description conceptuelle et la fonction des données et des algorithmes et ont fourni des indications quant à la manière de créer les bons instruments pour suivre cette transformation dans le domaine technologique.

Reconnaissant l’importance de l’éthique dans le débat sur l’IA, les intervenants ont également traité des dimensions économiques et politico-sociales et ont souligné l’importance de garantir une répartition égale des avantages et des bénéfices tirés de l’utilisation de l’IA entre les pays, tout en gardant le développement de cette transformation numérique sous contrôle. Les problématiques des fake news, de la polarisation des opinions et de l’isolement et de la perte de dialogue qui en découlent ont également été abordées, donnant lieu à la demande d’un système réglementaire efficace basé sur la transparence et la coordination entre les États.

Dans ses remarques, l’Ambassadeur Piazzi a insisté sur les défis éthiques et juridiques, en soulignant que le développement de l’IA devrait être centré sur l’homme, être durable et aller de pair avec le respect des principes des droits de l’Homme ainsi que du droit national et international. Il a également pointé le besoin urgent de mettre en place un cadre réglementaire et juridique et le rôle essentiel des parlementaires dans la promotion d’une gouvernance mondiale de l’IA. Ceci est crucial pour endiguer et éviter toute application malveillante de cette technologie dans tous les domaines.

Au regard de cette préoccupation, il a évoqué le travail effectué par l’APM sur l’IA en lien avec la dimension sécuritaire et la lutte contre le terrorisme et le respect des droits de l’Homme et des libertés fondamentales. En particulier, lors de la 14e session plénière de l’APM à Athènes, un rapport sur les droits de l’Homme faisant référence à l’utilisation de l’AI a été présenté, et l’Assemblée a décidé de créer un groupe de travail spécial sur l’IA et les droits de l’Homme. Un rapport thématique, document d’appui pour élaborer des lignes directrices sur l’IA à l’intention des parlementaires, est en cours de finalisation par le Secrétariat de l’APM en collaboration avec le Haut représentant des Nations Unies pour les droits de l’Homme, l’OCDE, le Conseil européen, le Parlement arabe et d’autres partenaires clés.