Anis Rahmani: début des soucis judiciaires

anis rahmani

Le patron du groupe Ennahar, Anis Rahmani alias Mohamed Mokadem st au bout du rouleau. A son retour de l’etranger avec son épouse, il a été soumis par les services de la police nationale (DGSN) à un examen de situation approfondi sur ses différentes activités.

Il a été longuement interrogé sur sa société de transport de passagers et sur les conditions d’obtention de la licence auprès des services concernés.

Anis Rahmani, objet d’une trentaine de plaintes auprès des différents tribunaux, jouissait de l’impunité totale de la part des responsables corrompus dont il faisait l’éloge. Cette fois-ci, toutes les plaintes vont être examinées et le puissant serviteur de Said Bouteflika devra répondre de ses actes devant la justice.

Le site ALG 24, création satanique de Anis Rahamani est allé jusqu’à accuser notre directeur, Yacine Merzougui de terroriste, reprenant, ainsi les écrits des traites de la Nation. L’affaire qui est traitée au niveau du tribunal de Bir Mourad Rais est presque à son terme. Compte tenu de la gravité des accusations diffamatoires dans les écrits, les auteurs risquent d’écoper une peine de réclusion criminelle de 5 ans.

Ces écrits se sont produits en 2019, lorsque Anis Rahmani s’était allié avec Said Bouteflika pour limoger feu Gaid Salah du poste de Chef d’Etat Major de l’Armée et plonger le pays dans un bain de sang. Une affaire qui va surgir dans les prochains jours au sein de la justice.

Fini, en fait, les beaux jours de celui qui pensait que le groupe Ennahar était éternel et pouvait créer même les président de la république algérienne.

Consultez les réactions sur facebook

LIRE AUSSI Littoral algérois: plus de 3360 tonnes de produits halieutiques