ANBT: acquisition de drones aquatiques

Un drone aquatique pour aider l’agence nationale des barrages et des transferts (ANBT) à mieux suivre et cerner la problématique de l’envasement des barrages à travers le pays sera  prochainement mis en service, a annoncé, depuis Bechar, le ministre des Ressources en eau, Hocine Necib.

En forme d’embarcation robotisée, ce nouveau système va permettre à l’ANBT de suivre dans des conditions technologiques optimales l’envasement des barrages, qui constitue un souci permanent du secteur des ressources en eau, a précisé le ministre, en marge d’une visite au barrage de « Djorf Ettorba » (65 km au sud de Bechar), destiné à la retenue des eaux de Oued-Guir, avec une capacité de 365 millions de M3.

Les avantages de ce drone aquatique mis au point par des chercheurs algériens du Centre de développement des technologies avancées (CDTA) de Baba Hassen (Alger), est de permettre des délais ultra-courts en matière de levées bathymétriques, aucune intervention humaine, un transfert instantané de données et une accessibilité étendue, a-t-il ajouté.

LIRE AUSSI Arados (France): conquête spectaculaire du marché

Actuellement, l’ANBT rencontre des contraintes avec la méthode actuelle ou les levées bathymétriques sont effectués toutes les quatre (4) années, en plus d’être longues et couteuses, mobilisant des moyens humains et matériels importants, à savoir quatre (4) techniciens par équipe, une station topographique, une station bathymétrique et une embarcation.

Avec ce nouveau drone aquatique, on n’aura plus besoin de ces moyens humains et matériels, ont expliqué des responsables de l’ANBT.

Avec ce partenariat avec le CDTA, l’agence nationale des barrages et des transferts s’emploie à nouer et développer des partenariats fructueux avec des organismes nationaux, à même d’ouvrir un chemin à toutes les compétences nationales pour la poursuite du développement et la  modernisation du secteur des ressources en eau, soulignent les cadres de l’ANBT.

Le Docteur Oualid Djekoun, maitre de recherche au CDTA, a mis ses compétences au service de ce projet innovant en assurant sa direction, a-t-on fait savoir.

LIRE AUSSI Liège: seulement 4,5 millions $ d’exportations