Alnaft : le parti de la France toujours puissant

alnaft

L’Agence Nationale pour la Valorisation des Ressources en Hydrocarbures (Alnaft, sous tutelle du ministère de l’énergie) est train de briller par des pratiques qui avantagent certains prestataires étrangers par rapport à d’autres.
Dans notre cas, il est question de l’appel d’offres relatif à la réalisation d’une étude portant évaluations des réserves, associées aux découvertes d’huile, de condensat et de gaz mises en évidences, sur les pôles de : Ghardaia, Hassi Toumiat, Rhourde Hamra/Brides et Sud-Est Illizi.
Depuis la création du Baosem (le bulletin des appels d’offres du secteur de l’énergie et des mines) toutes les annonces relatives au secteur sont systématiquement publiées sur ce support. Or, pour l’appel d’offres en cours, Alnaft n’a pas jugé utile d’en faire l’annonce sur le Baosem, préférant le publier sur le Bomop (Bulletin Officiel des Marchés de l’Opérateur Public) que rares sont les sociétés pétrolières qui le consultent.

Un enquêteur novice décèlerait tout de suite les objectifs d’Alnaft dans la consultation en cours.
En effet, suite à sa publication en date du 14/10/2018, les prestataires avisés ont pu retirer le cahier des charges à temps. Les autres ont appris la nouvelle de bouche à oreille et ce n’est que le 9 décembre en cours qu’Alnaft a décidé de publier une annonce de prolongation des délais de dépôt et reporter cette opération jusqu’au 27 décembre. Une date bien calée entre Noël et le réveillon.

LIRE AUSSI Chakib Khelil: la déception du bloggeur

L’autre aspect qui a choqué les observateurs est celui lié à la langue puisque le français est la référence première dans cette étude. Ainsi, on admet que ce sera la compagnie française Beicip-Franlab qui sera le bénéficiaire de cette décision d’Alnaft.
Il faut rappeler qu’une étude intégrée du potentiel en hydrocarbures du sillon de Melrhir et de la partie Nord du bassin de Berkine au profit de l’Agence Alnaft, a été remportée en juin dernier par l’opérateur français Beicip-Franlab pour un montant de 3,69 millions de dollars US.
Les concurrents intéressés par le présent appel d’offres sont très inquiets et redoutent le fait que Beicip-Franlab est déjà bénéficiaire du marché.
Depuis sa nomination à la tête d’Alnaft, Arezki Hacini n’a rien fait pour freiner le massacre des gisements de Hassi Messaoud et de Hassi R’mel et qui a conduit à une baisse sensible des volumes produits en gaz et en pétrole.
Hacini ne peut en aucun cas bouger le petit doigt contre le P-dg de Sonatrach dans la mesure où il était consultant chez son fils Nassim Ould Kaddour lorsqu’il faisait tourner sa société Napco, dédiée à l’activité du tube pétrolier.

Devant la faiblesse aussi du ministre de l’énergie face à ce qui se passe dans le secteur, on se retrouve face à des pratique mafieuses totalement imperturbables.

LIRE AUSSI  El Oued: une zone industrielle pour Guemmar