Alimentaires: Le sucre et le café fondent, le cacao flotte

Le sucre et le café ont reculé cette semaine tandis que le prix du cacao est resté stable dans un marché prudent en cette fin de trimestre.

– Le sucre se morfond –

La tonne de sucre blanc a atteint mercredi son plus bas niveau depuis deux ans à 353,30 dollars à Londres, tandis que la livre de sucre brut a touché le même jour son plus bas depuis près de trois mois à 13,72 cents.

« Il n’y a pas grand chose de neuf sur le marché du sucre. Les volumes d’échanges sont très bas et l’intérêt des investisseurs atteint des plus bas historiques », a noté Nick Penney, analyste chez Sucden.

« Le différentiel de prix entre le sucre blanc et le sucre brut, qui favorisait le premier, s’est effondré dans les dernières semaines », ont remarqué les analystes de Rabobank.

« Cela risque de faire baisser la demande de sucre brut, et de décourager les constructions de nouvelles raffineries, notamment au Moyen-Orient », ont-ils détaillé.

– Le café fond sous la pluie brésilienne –

« Les investisseurs financiers mettent un terme à leurs placements car c’est la fin du mois et du trimestre », a expliqué Jack Scoville, analyste chez Think Markets.

Les professionnels de la finance préfèrent généralement finir le mois loin des actifs les plus volatiles, comme les matières premières agricoles, afin de présenter un bilan net à la fin du trimestre.

« Les ventes se sont également accélérées jeudi avec des prévisions de pluie au Brésil ce week-end, ce qui pourrait permettre aux fleurs de s’épanouir », a-t-il ajouté.

« Pour que les prévisions officielles se matérialisent, il faut que la sécheresse qui pèse sur les champs brésiliens cesse », ont prévenu les analystes de Commerzbank.

– Le cacao hésite –

Le cacao a évolué sans direction forte cette semaine, alors que les analystes tentent d’appréhender l’ampleur des récoltes à venir.

« Le président de l’ICCO (Organisation internationale du cacao, ndlr) a affirmé la semaine dernière que les récoltes produiraient un surplus sur les quatre à cinq prochaines années, ce qui a fait baisser les prix. En revanche, le groupe de négoce (basé à Singapour) Olam estime que la récolte en cours sera moins élevée que celle de 2017-2018, qui avait atteint un niveau record », ont noté les analystes de Commerzbank.

« Nous continuons de miser sur une hausse des prix du cacao, car le marché a intégré la récolte élevée de l’année précédente », ont estimé les analystes de Rabobank, qui jugent que la production ivoirienne devrait commencer à baisser en raison des prix plus bas.

Sur le Liffe de Londres, la tonne de ROBUSTA pour livraison en novembre valait 1.971 dollars vendredi à 14H35 GMT, contre 2.014 dollars le vendredi précédent à 12H10 GMT. Sur l’ICE Futures US de New York, la livre d’ARABICA pour livraison en décembre valait 127,55 cents, contre 135,55 cents sept jours auparavant.

A Londres, la tonne de SUCRE BLANC pour livraison en décembre valait 357,70 dollars, contre 374,50 dollars le vendredi précédent. A New York, la livre de SUCRE BRUT pour livraison en mars valait 13,82 cents, contre 14,88 cents sept jours auparavant.

A Londres, la tonne de CACAO pour livraison en décembre valait 1.505 livres sterling, contre 1.503 livres sterling le vendredi précédent. A New York, la tonne pour livraison en décembre valait 2.107 dollars, contre 2.040 dollars sept jours plus tôt.

Ce contenu n’est accessible qu’aux membres du site. Si vous êtes inscrit, veuillez vous connecter. Les nouveaux utilisateurs peuvent s'inscrire ci-dessous.

Connexion pour les utilisateurs enregistrés
   
Nouvel utilisateur ?
*Champ requis