Air Algérie: les secrets bien gardés des prix de l’aéronautique

air algérie

Depuis que le ministre des Travaux publics et des Transports, Mustapha Kouraba, a dévoilé que la compagnie nationale Air Algérie venait d’obtenir l’approbation du Conseil des participations de l’Etat pour l’acquisition de six nouveaux avions d’un coût de 2 milliards de dollars, les langues se sont déliées pour y voir une exagération dans le coût global.

Ainsi, certains estiment qu’avec une somme aussi prodigieuse on peut s’offrir quatre gros porteurs de type Airbus A 380 ou Boeing 747 dont les prix sont inférieurs à 500 millions de dollars l’unité et deux petits Airbus ou Airbus A 320 estimés à environ 100 millions de dollars chacun.

D’autres se posent la question de savoir pourquoi le CPE a-t-il mobilisé deux milliards de dollars pour l’acquisition de seulement six avions, estimant le montant très «excessif » pour « seulement » six avions. Ils avancent cette réalité qui veut que, par le passé, Air Algérie achetait des Boeing 737 dont le prix du plus moderne ne dépassait pas les 150 millions de dollars et s’appuient sur le site statista.com qui offre une base de données dénommée « Global No.1 Business Data Platform », certainement la plus consulté par les professionnels en matière de coût d’aéronefs.

En réalité, le prix réel d’un avion de type Boeing relève des secrets de constructeurs, et jamais, au grand jamais, vous ne pouvez en connaître le prix réel, au centime prix, avant le paiement final de la facture. Plusieurs paramètres entrent en jeu, dont les affinités politiques, la proximité d’Etat à Etat, la récurrence des achats, la solvabilité de l’acquéreur, les conditions posées, le bilan des commandes et des achats passés, etc. On ne vend pas à n’importe qui et n’importe comment, et plusieurs facteurs sont en réalité intégrés dans le coût finalisé.

Dans un excellent article sur le sujet, Challenges rapportait récemment que « Le prix d’un avion est l’un des secrets les mieux gardés de l’industrie aéronautique. Le genre d’informations réservé à quelques initiés au sein des comités exécutifs des avionneurs. Derrière une transparence de façade – des tarifs catalogue réévalués chaque année -, le véritable prix des avions Airbus et Boeing relève bel et bien du secret industriel ». Pourquoi ? Parce que, d’abord, chaque avionneur répugne à donner des indications à ses concurrents. Ensuite, et surtout, parce que les véritables prix n’ont rien à voir avec ceux publiés dans les communiqués des avionneurs.

A quel prix les avions sont-ils vraiment vendus ? Les calculs exclusifs de Challenges, effectués avec le cabinet Flight Ascend Consultancy, sont éloquents. Les réductions consenties aux compagnies et loueurs s’échelonnent de 47,5 à 62,7 %, selon les modèles.

De ce fait, le prix réel d’un avion ne correspond pas au catalogue consultable sur les sites, les constructeurs se gardant de donner des atouts de taille à leurs concurrents. Donc, pas vraiment facile d’avoir accès au centime près à la valeur et au coût d’un gros avion transporteur de type Boeing ; toutefois, une règle simple à retenir : plus la commande est stratégique, plus le prix sera agressif.

LIRE AUSSI ENTV: un « big » studio