Air Algérie: grève du personnel naviguant

air algérie

Onze vols d’Air Algérie ont été impactés ce lundi par a grève du personnel naviguant commercial (PNC). Ils étaient une soixantaine d’employés à refuser de travailler, sur la centaine d’agents programmés pour la journée.

La grève sans préavis réglementaire de la corporation du personnel naviguant commercial (PNC) de la compagnie nationale Air Algérie a été enclenchée ce lundi matin, a indiqué le porte-parole de la compagnie, Amine Andaloussi.

Selon ce même responsable, le mouvement social a occasionné plusieurs retards sur les vols de la compagnie. Il a avancé qu’Air Algérie « communiquera prochainement de plus amples informations sur cette grève ».

La direction d’Air Algérie a fait appel à un huissier de justice qui a établi un PV de vacance au postes et a justice sera saisie sur l’illégalité de cette grève.

En l’absence de dialogue à la fin de l’après midi, la direction envisage le recours aux dispositions du règlement intérieur pour sanctionner administrativement les grévistes.

Ils sont presque 1.100 agents d’Air Algérie qui sont concernés par cette activité de PNC.

LIRE AUSSI Méga-projets agricoles: les leçons des précédents échecs

Communiqué de Air Algérie

Air Algérie tient à informer l’opinion publique qu’elle fait face depuis ce matin à une grève illégale du personnel navigant commercial.

Cette grève a engendré de grandes perturbations ainsi que l’annulation de plusieurs vols.

Tout d’abord Air Algérie tient à présenter ses excuses aux passagers pour les désagréments subis.

Cette grève a été initiée par le SNPNCA (Syndicat National du Personnel Navigant Commercial Algérien) dont les membres ont empêché les personnels navigants commerciaux d’accomplir leurs vols.

Les revendications de ce syndicat concernent principalement les salaires.

Depuis 2017, la Direction des Ressources Humaines a entamé des négociations avec l’ensemble des partenaires sociaux (dont le SNPNCA) pour une démarche globale qui tienne compte de la situation financière de l’entreprise.

L’entreprise ne peut tolérer le déclenchement d’arrêt de travail sur simple SMS sans avoir au préalable respecté les procédures réglementaires et légales régissant le droit de grève.

Air Algérie assurant une mission de service publique assimile cette façon de faire à une prise d’otage des usagers.

La Direction