Affaires religieuses: 10 ans pour un siège

affaires religieuses

Lancé en 2010, le projet de construction du nouveau siège du ministère des affaires religieuses tourne au cauchemar.

L’appel d’offres pour la réalisation de ce projet a été publié le 08 août 2010. Et il aura fallu attendre jusqu’en septembre 2013 pour voir le département de Ghoulamallah porter le choix sur la société espagnole Corsan Corviam (filiale du groupe Isolux). Le marché a été signé le  25 juillet 2013 et l’ordre de service n’a été délivré qu’en date du 1er octobre de la même année.

Le nouveau département des Affaires religieuses, prévu à Caroubier (Alger), devait s’étendre sur une superficie de plus de 24.000 m² et compter cinq blocs de 3 à six étages avec un ensemble de 219 bureaux et de grandes salles de réunion.

Pour un coût de 2,199 milliards de dinars, le projet devait être livré dans un délai de 24 mois.


LIRE AUSSI Frigomedit: divorce à la portugaise


Le groupe Isolux a fait faillite avant de clôturer les travaux. Dans la même période de 2016, l’Entreprise du Métro d’Alger a résilié le contrat attribué au même groupes espagnol, portant sur la réalisation du métro de Mostaganem. Idem pour la Wilaya d’Alger qui a annulé unilatéralement le contrat de la nouvelle gare routière de Bir Mourad Rais, attribué auparavant à Isolux. Mais, on dirait que les responsables du ministère des affaires religieux n’étaient  par informés des difficultés financières du prestataire.

La première mise en demeure lui a été notifiée en mai 2017. Mais elle est restée dans réponse.

Un mois plus tard, une seconde mise en demeure est adressée au constructeur espagnol qui va adopter la même attitude.

La résiliation du  contrat devenait alors la seule issue logique à cette situation.

Mais, la reprise des travaux de ce projet va connaitre d’autres retards. L’appel d’offre pour la reprise du chantier n’a été lancé qu’en février 2018. Les travaux de reste à réaliser ont été attribués cette semaine à la société BENA BAT, de Zemmouri (Boumerdes) pour une enveloppe de 1,94 milliards de dinars.

L’ouvrage ne sera livré qu’en 2020, puisque les délais contractuels ont été fixés à 24 mois.

LIRE AUSSI INRAA: signature d’un accord avec les chinois