Abderrachid Tabi: l’homme qui symbolise « El Mendjel »

mendjel

Le président de la Cour Suprême est définitivement rentré dans l’Histoire à travers l’incarcération de Ouyahia, Sellal et Amara Benyounes.

Jamais, une décision de justice n’a été applaudie comme celle la Cour Suprême qui a ordonné le mandat dépôt à l’encontre des anciens responsables du gouvernement.

C’est par ces décision que Abderrachid Tabi est désormais l’un des symboles du « Mendjel » (la faucille) que tout le peuple réclame pour réprimer les responsables qui ont ruiné le pays.

Avant sa nomination à la tête de la plus haute instance judiciaire du pays, Abderrachid Tabi a occupé pendant presque deux ans, le poste d’avocat général auprès de la Cour Suprême.

Il y a 20 ans déjà, il a occupé le poste de chef de cabinet à l’APN, du temps de Karim Younes. Avant cela, il a été nommé en tant que chef de cabinet du ministre de la Justice et puis, au même poste ministère des Moudjahidine.

Auparavant, Abderrachid Tabi a exercé en tant que secrétaire général auprès des cours de justice d’Oum El-Bouaghi et de celle Bouira.

Au cours des dernières années, il a occupé plusieurs postes en tant que juge ou procureur. Il a été nommé notamment au poste de procureur de la République auprès des tribunaux de Cheraga et d’El Harrach et juge d’application des peines à Tizi Ouzou.

Avec cette riche expérience, le nouveau président de la Cour Suprême a bien entamé sa mission. Et il a gagné l’estime du peuple qui n’a cessé de réclamer justice.

Tabi aura la lourde tâche de poursuivre son œuvre à travers le traitement rigoureux des dossiers à venir.

Affichée ce vendredi à Alger-Centre

LIRE AUSSI Elite nationale/Hirak: une plateforme de propositions

1 Rétrolien / Ping

  1. Boudjemâa Talai: levée de l'immunité parlementaire - e-Bourse d'Algérie

Les commentaires sont fermés.