4 ministres du Transport devant la justice: un secteur coupe-gorge

ammar ghoul

Par Zoutale F.

Une des curiosités de l’opération « mains propres » en cours demeure certainement les soupçons de corruption qui pèsent sur les derniers ministres d’un secteur précis : le ministère des Transports.

Chargé de la gestion de l’ensemble des activités destinées à assurer le transport des personnes et des biens par voie terrestre, maritime, aérienne, par route et par les chemins de fer, ce ministère est un secteur clé de l’économie moderne, à laquelle il confère rapidité dans l’exécution, mobilité des biens et des personnes et gain de temps, synonyme de gain d’argent. Depuis 2016, le ministère des Transports s’est doté d’une autre mission en englobant les Travaux Publics.

Dans une Algérie prise au piège des recettes des hydrocarbures, elles-mêmes dépendantes des marchés pétroliers et du jeu de stratégies des grands cartels pétroliers et gaziers, le ministère des Transports est devenu un ministère pratiquement de souveraineté, doté de surcroit d’un budget conséquent pour être au tempo et s’améliorer encore plus dans un environnement où le plus mal côté des Etats en matière de Transports sera le dernier de la classe.

LIRE AUSSI Corruption: Zoukh et le Wali de Tiaret devant la Cour Suprême

De ce fait, le secteur des Travaux Publics est devenu un secteur porteur de croissance économique par excellence, créateur d’emploi, et qui permet en même temps la dynamisation de tous les autres secteurs économiques, se posant aussi, de fait, comme le marchepied indispensable pour le développement de l’investissement national et étranger.

Les chantiers que le ministère des Transports a lancé depuis une vingtaine d’années, l’argent disponible dans la cagnotte et la proximité du monde des affaires ont fait que les tentations sont omniprésentes. Ce qui explique en partie, mais pas totalement, l’éclaboussure qui a touché pratiquement tous les ministres algériens du secteur, les uns après les autres.

Ainsi, l’actuel sénateur du tiers-présidentiel et ancien ministre des Transports et des Travaux publics, Amar Ghoul, est pointé du doigt depuis plus d’une quinzaine d’années dans ce qui a été qualifié de scandale de l’autoroute est-ouest. Le ministère de la Justice a demandé au Sénat d’entamer la procédure de levée de l’immunité parlementaire au sénateur et ex-ministre Amar Ghoul.

Tous ont participé à la campagne électoral

Si tout le monde attendait Ghoul au tournant, personne ne soupçonnait Zaâlane, dont le dernier rôle joué, celui de directeur de campagne pour un 5e mandat, semble être celui qui a grillé sa carrière politique. Mais ce n’est pour ce rôle inachevé d’ailleurs, qu’Abdelghani Zaalane a été placé en détention provisoire. La Justice le soupçonne d’avoir octroyé d’indus avantages dans les marchés et contrats publics, de dilapidation de deniers publics, d’abus de fonction et de conflit d’intérêt.

Un autre poids lourd a été épinglé par la Justice : Boudjemaâ Talaï, ex-ministre des Transports et des Travaux publics. Pour lui aussi, le ministère de la justice a notifié au Bureau de l’Assemblée populaire nationale d’entamer la procédure pour la levée de l’immunité parlementaire. En attendant sa présentation devant le juge d’instruction, on peut avancer déjà que parmi les chefs d’accusation retenus contre lui, l’octroi d’indus avantages dans les marchés et contrats publics et la dilapidation de deniers publics.

Le quatrième candidat est un autre invité-surprise, quelqu’un qu’on n’attendait pas : Amar Tou. Car cela fait tellement longtemps qu’il a quitté le ministère qu’on l’a totalement oublié. Mais pas la justice. Le 26 mai dernier, le parquet général près la Cour d’Alger avait transmis à la Cour suprême le dossier d’enquête préliminaire instruite par la police judiciaire de la gendarmerie nationale d’Alger, pour des faits à caractère pénal à son encontre. De ce fait, Tou fera partie de la prochaine fournée avec Talaï, Ghoul, Bouazgui, Djoudi, Bouchouareb, etc.

LIRE AUSSI Cour Suprême: audition des ministres Djoudi et Tou

Le délabrement de tançons importants de cette autoroute est-ouest renseigne sur l’état de gabegie qui a caractérisé le secteur. L’argent, les contrats faramineux, les voyages en Europe et en Asie, la réception de délégation d’hommes d’affaires, la disponibilité de sommes prodigieuses d’argent, etc. tout cela a créé un univers illusoire d’argent « à portée de main », à prendre facilement ici et maintenant, où il n’y avait que tendre la main pour le posséder personnellement, ou, pour le moins, permettre à ses amis, sa famille ou ses alliés d’en prendre possession.

D’autres secteurs ont été entourés de scandales ou de tentations aussi pressantes, comme celui du Commerce et de l’Industrie. A la justice de nous dire qui a trempé dans la corruption et la concussion et qui ne l’a pas été. Parce que le travail entamé par la Justice, mise trop longtemps sous le boisseau, risque d’être de longue haleine…

LIRE AUSSI Ministère de l’industrie: Carnaval fi Dechra

1 Rétrolien / Ping

  1. Après une longue rupture: Hoggar TV est de retour - e-Bourse d'Algérie

Les commentaires sont fermés.