Liaison CAAR-Métro d’Alger: suspicion ou simple jalousie de la concurrence?

L’assureur public, CAAR vient encore de frapper très fort en écartant tous ses concurrents pour la course au contrat de l’assurance  du patrimoine concourant à l’exploitation de la première ligne de Tramway de Sidi Bel Abbes.

L’Entreprise Métro d’Alger, dont dépend la structure de Sidi Bel Abbes, avait pourtant levé très haut la barre des conditions pour tirer mieux profit de la concurrence, mais la CAAR a résisté et obtenu le contrat d’une valeur de 46 millions de dinars.

En mai dernier, l’assureur public avait également remporté un contrat similaire pour l’exploitation du tramway d’Oran, pour 53 millions de dinars.

Le mois précédent, c’était au tour du tramway de Constantine. La CAAR l’avait décroché pour le montant de 29 millions de dinars. Dans la même période, la CAAR se faisait un immense plaisir en remportant le contrat du tramway d’Alger (Ruisseau – Dergana Centre), pour un montant de 48.5 millions de dinars.

En fait, la CAAR a révolutionné son mode de gestion en recourant à l’expertise externe. A titre d’exemple, elle a engagé récemment le Cabinet d’expertise CETIC pour la prestation d’une évaluation des méthodes de détermination des provisions techniques de la CAAR.

De même, elle a eu recours aux services du fameux cabinet ERNST&YOUG ADVISORY pour l’accompagner dans divers questions liées à la gestion.

La concurrence a de quoi crier au scandale lorsqu’il s’agit des contrats arrachés par la CAAR au niveau de Métro d’Alger, mais nul n’a le droit de nier l’éffort consenti par l’assureur pour améliorer ses performances sur le terrain.