Projet de l’usine de l’Ohanet: mystérieux retour de KBR à Sonatrach

KBR, la filiale d’Halliburton, est de retour dans le secteur pétrolier algérien après une dizaine d’années d’absence.

Depuis le départ de Chakib Khelil, KBR (l’ancien associé de Sonatrach dans la scandaleuse BRC), n’avait jamais obtenu de contrat en Algérie.

Cette semaine, Sonatrach a révélé la short-list des entreprises pré qualifiées pour la réalisation d’une usine de séparation  et compression  à l’Ohanet, un champ situé au sud est du pays.

Dans ce lot de sociétés d’engineering, on retrouve un groupement italien constitué de Tecnimont & Bonatti. Cette dernière, en difficultés financières, est déjà présente sur le projet de réalisation de l’usine d’Alrar.

L’autre partenaire de Bonatti sur le projet d’Alrar, Petrofac a été également pré qualifiée pour la course de l’usine de l’Ohanet. Il y a quelques semaines, Petrofac, qui appartient au milliardaire syrien Aymane Al Asfari, a été épinglée par un organisme britannique d’anti-corruption, pour ses accointances avec la sulfureuse société Lunaoil, considérée comme une machine de malversations financières pour l’obtention de contrats pétroliers.

Outre les petites sociétés tels le groupement Tecna & Cobra et l’entité indienne Larsen & Toubro, on se rend compte de la sélection d’un couple chinois constitué des chinoises Kerui & CPECC (China Petroleum Engineering & Construction Corporation).

Ce sont finalement ces entreprises qui seront alignées à la course finale pour décrocher le marché de la construction de l’usine de l’Ohanet.

LIRE AUSSI Mojikho: la version algérienne de la réussite

Plus d’un milliard de dollars

De toute évidence, les sociétés présélectionnées ne sont pas de la taille de KBR et celle-ci n’aura aucune difficulté à s’imposer et à remporter ce marché qui dépasse certainement 1 milliard de dollars.

Le projet en question comprend notamment les installations aux puits, manifolds et vannes de sectionnement, un réseau de collecte, une station de compression, des unités de traitement des eaux produites, d’injection d’eau, une station électrique principale munie de lignes de transmissions, ainsi qu’un réseau SCADA et toute une infrastructure d’accueil et d’hébergement du personnel.

Depuis la réalisation de l’usine GNL de Skikda, KBR n’avait jamais obtenu de contrats dans le secteur pétrolier en Algérie. Ce retour subite inquiète bien des gens au fait des affaires.

De nationalité française, Abdelmoumene Ould Kaddour, l’actuel P-dg de la Sonatrach, a été à la tête de BRC jusqu’à sa dissolution en 2007. Il a été condamné le 26 novembre 2007 par le tribunal de Blida à 30 mois de prison, pour divulgation d’informations classées secrets défense.

Avant son retour à Sonatrach, Ould Kaddour était pratiquement établi aux Emirats Arabes Unis.

LIRE AUSSI L’espagnole CHM: développement fulgurant en Algérie